Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

europe

De la laïcité comme effacement devant l'athéisme d'état?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Force est de constater que la Laïcité n'est pas un modèle unique ou uniforme. Ainsi elle s'applique différemment en France, en Allemagne, en Angleterre, aux USA, au Canada, dans les pays scandinaves, en Chine, etc. Tous ces pays cités sont laïques mais ont un modèle de laïcité différent.

   En Belgique il est vrai que comme nous manquons d'imagination, nous avons tendance à copier systématiquement la France: fête de la musique, nuit blanche, nuit des musées, journée du patrimoine, jour des voisins, vélos partagés, Paris-Plage, etc. en sont les multiples exemples. Le modèle de laïcité qu'on cherche à nous imposer grâce à l'alliance objective de la Droite et d'une certaine Gauche (le cul à gauche, le cœur de pierre et le portefeuille à droite) en est le dernier exemple en date.

   Ainsi la condamnation de la STIB (Société de Transports publics Intercommunal Bruxellois) pour avoir refusé d'embaucher une femme voilée pourtant qualifiée pour ce poste, a agité le bananier belge.

   C'est qu'on se retrouve face à un double-ordre: d'une part la "neutralité" des agents publics et d'autre part l'égalité des chances. Deux ordres contradictoires mais facilement départageables. On peut arguer du fait que la neutralité ne s'exprime pas par ma façon de m'habiller ou de me coiffer mais bien plutôt par le fait d'être intellectuellement disposé à rendre la même qualité de service à tous; qu'ils soient votants MR, PS, autres, qu'ils soient chrétiens, musulmans, juifs, athées, qu'ils soient handicapés ou bien portants, etc.

   Cette capacité intellectuelle, si on la met en doute dans le cas d'une simple femme voilée, on peut aussi alors la mettre en doute en cas d'agent syndiqué. On voit donc bien où cette "neutralité exclusive" nous conduit.

   Par ailleurs un autre aspect se fait jour.

   En Belgique, aussi bien une entreprise privée que publique a le droit de refuser un emploi à quelqu'un sur base du port du voile! Tant et si bien qu'on devrait logiquement appliquer le programme du VB, devenu celui de la NVA, à savoir: puisque les femmes voilées se mettent de facto hors disposition du marché du travail, pourquoi continueraient-elles à avoir droit aux allocations de chômage et de minimex (CPAS)?

   Bref, en voulant bien faire au nom de l'égalité en fait on installe l'inégalité de traitement en fonction des convictions personnelles!

Voir les commentaires

Bruxelles: bureaux européens, gentrification, logement...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Peut-être enfin une bonne nouvelle pour les bruxellois: les institutions européennes vont se défaire de plusieurs centaine de milliers de mètres carrés de bureaux!

   Bonne nouvelle pour la lutte contre la gentrification, donc la paupérisation également et surtout la SDFisation récurrente d'une bonne partie de la population populaire de Bruxelles depuis quelques décennies déjà. J'expliquerai plus loin en quoi c'est une bonne nouvelle, mais posons d'abord les faits qui parlent déjà en eux-mêmes.

   Depuis que Bruxelles est devenue Capitale de l'Europe, nous avons connu une inflation artificielle des prix et des loyers. De 1980 à 2020 les loyers ont été ainsi multipliés par au minimum 100%. D'abord suite à la  gentrification (pour comprendre ce terme reportez-vous à l'article Wikipédia le concernant), l'arrivée des eurocrates et des commissaires européens; puis suite au fait que ce nouveau statut de Bruxelles a attiré nombre de bureaux d'entreprises internationales et leurs salariés.

   Je ne vais pas refaire un historique des prix à la consommation (cf. mon article sur la réouverture des bars en 2021), mais grosso-modo hormis les moins de quarante ans tout le monde se sera aperçu du phénomène.

   Or justement l'une des priorités du gouvernement régional bruxellois est de lutter pour sortir les SDF, les sans-abris, de la rue où ils se trouvent. Mais avec quels mauvais outils! En effet, tout le monde qui en a connu sait que les logements sociaux ne peuvent en aucun cas être une solution pour les SDF. Car qu'est-ce qu'un logement social, communal, de CPAS? Une boite vide: il faut avoir pour pouvoir commencer à y habiter assez d'argent pour s'acheter tous les meubles y compris la cuisine.

   Les logements sociaux sont adaptés à des gens aisés, mais pas assez aisés que pour emménager dans un appartement avec un loyer au prix du marché.

   Clairement cela ne convient pas aux sans-abris. Cela pourrait leur convenir si les logements sociaux proposés étaient semi-meublés.

   Le seul outil mis en oeuvre qui peut s'avérer utile aux SDF est le cadastre des loyers moyens pratiqués dans tel ou tel quartier; cadastre qui deviendra bientôt référentiel en terme de maximum d'augmentation de loyer. Mais augmentation des loyers avec le statut de capitale européenne de Bruxelles faisant, cet outil se révèle lui aussi tout autant inadapté.

   Donc, on le voit, cet abandon d'espace de bureaux par l'Europe est réellement une chance énorme pour le peuple des classes moyenne et basse bruxellois. Car cette décision a été prise suite au télétravail instauré lors de la pandémie de coronavirus. C'est-à-dire que les institutions européennes pensent remplacer une très grande partie de leurs espaces de bureaux par du télétravail. Or qui dit télétravail, dit travailleurs européens plus obligés d'habiter Bruxelles!

   D'où le frein à la hausse des prix et des loyers, car dé-gentrification forcée.

   Et encore, nous avons eu beaucoup de chance malgré tout ces dernières années. Si l'arrivée massive d'une immigration de cadres et de haut fonctionnaires européens n'a eu que des effets certes grands et néfastes mais néanmoins limités c'est uniquement grâce à l'immigration des pays pauvres vers chez nous, et aux régularisations (même si elles étaient fixées d'avance à 1/3 des demandeurs d'asile quelque soient les conditions à remplir pour être accepté), qui tirait de facto les prix vers le bas que nous n'avons pas connu une situation qui aurait pu être pire!

Voir les commentaires

Utile, la Prison?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Je pense nécessaire de présenter ici une brochure gratuite au format PDF que je viens de mettre à jour ce 25/02/2021 concernant l'inutilité de la Prison et de toute notion de "peine". Quand on est adulte ou même adolescent, l'époque du "tu n'as pas été sage, allez, au coin!" est révolue.

   Mais, comme indiqué en fin de brochure, pas question de se la jouer mode goulag communiste non plus.

   La voici:

   J'ajouterai que vouloir repenser la prison, donc repenser voire annihiler la notion de "peine", pour la remplacer par la réinsertion nécessite (et c'est sans doute pourquoi nos législateurs se gardent bien de le faire) de repenser l'échelle des valeurs globale de nos sociétés: qu'est-ce qui intègre vraiment?

   Comme écrit en fin de brochure, certains ne jurent que par l'intégration par le sport; d'autres par les arts; d'autres enfin par le travail.

   À propos de ce dernier item, emblématique des autres, tout le monde peut se rendre compte que le travail n'est pas un facteur d'intégration, c'est-à-dire d'autosatisfaction. D'abord parce qu'on ne reproche pas au rentier de gagner son argent sans rien faire, alors qu'on le reprochera à l'allocataire social. On ne le reproche pas au rentier car les anciennes générations ont appris, à tort, à respecter le costard-cravate. À tort car même les mafieux sont habillés en costard-cravate: l'habit ne fait pas le moine. On le reproche à l'allocataire social d'abord car il est mal habillé, ensuite car on sent qu'il a quelque chose de plus que nous travailleur: sa liberté!

   Ce qui intègre vraiment dans nos sociétés, tant capitalistes que communistes (les deux seuls modèles à se partager le monde), sont les avantages tirés de son activité, et non cette activité en elle-même. Avantages qui peuvent être dans le communisme des accès à des privilèges (voyages à l'étranger, accès à des produits occidentaux, etc.), dans le capitalisme l'argent.

   Donc, on le voit, et la majorité des "crimes" tournant autour de l'accaparement "illégal" de ces avantages, repenser et remplacer la prison par quelque chose de plus utile (rendre heureux) nécessite de repenser nos modèles sociaux tant en communisme qu'en capitalisme.

Voir les commentaires

Wuhan: et si (certains) complotistes avaient raison?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, moi je suis rationnel, mais le fait est que dans nos sociétés (dérive chinoise?) plus rien n'est scientifique, tout est politique. De telle sorte que pendant des mois les scientifiques occidentaux nous ont mentis sur ce qu'ils pensaient vraiment!

   En effet, Donald Trump était fervent défenseur de la thèse qui attribuait la pandémie de Covid-19 à une erreur de manipulation dans un laboratoire P4 proche de Wuhan (il y en a trois à proximité de cette grande métropole). Mais comme c'était Trump qui le disait, il était alors de bon ton de démentir parmi les scientifiques. Et leurs explications quant à l'impossibilité d'une fuite accidentelle du coronavirus hors d'un laboratoire P4 étaient exactes!

   Mais voici que cette thèse est aussi un dada de Joe Biden, et comme c'est Joe Biden qui le dit, cela redevient à la mode.

   Personnellement je ne vois pas pourquoi les explications rationnelles d'avant ne seraient plus valables aujourd'hui. Pourtant nombre de scientifiques viennent de s'exprimer dans deux revues: Science et Le Monde en revenant sur leurs doutes.

   Pour moi qui ait lu des articles dans l'ancien Science & Vie dès ma jeunesse sur les laboratoires P4, il me semble extrêmement improbable, voire impossible, qu'un agent biologique quelconque sorte accidentellement d'un tel laboratoire. Accidentellement, oui, c'est impossible; mais volontairement? Là tout n'est plus si impossible.

   En gros on aurait mieux voulu faire que l'on aurait pas pu: combien de milliards d'euros aura-t-il fallu investir en "routes de le soie" pour imposer le modèle politique chinois au monde entier? Zéro, un virus aura suffi!

   En effet, voici nos démocraties s'effritant à la fois par le souci d'hygiène de nos gouvernants et à la fois par la mauvaise compréhension de ce qu'est la Démocratie des nouvelles générations. Des Droits sans Devoirs: tant les gouvernants que le Peuple en réclament. Face à une telle brèche, on devine l'intérêt pour la Chine de pousser.

   Et puisque ces scientifiques expliquaient avec des arguments justes et justifiés l'impossibilité d'une pandémie occasionnée par une erreur de laboratoire, force serait de conclure qu'il ne saurait s'agir d'une erreur!

Voir les commentaires

CoViD-19, la réalité alarmante derrière les chiffres officiels...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Ajout du 15/04/2021:

   Les journaux sont unanimes: «la situation au Brésil est hors contrôle!» et de citer ce mercredi 14 Avril 2021 le chiffre de 355000 morts au Brésil. Cela ne m'étonne pas de journalistes qui ont l'habitude de sortir de gros titres pour que l'on clique sur l'article et ainsi générer des vues pour les publicités qu'ils publient avec ledit article, seule source de gros revenus pour lesdites presses.

   Mais quand des politiciens, pourtant formés aux statistiques (ne fut-ce que sociologiques), et pire encore des épidémiologistes eux-mêmes relaient des craintes fondées sur des chiffres absolus, alors là je me dis «encore une preuve que ou bien la Civilisation Européenne Occidentale est en pleine décadence, ou bien on cherche à nous manipuler».

   En effet, lorsque l'on veut comparer le nombre de morts dû à une maladie dans deux pays différents (ici le nôtre, la Belgique, et j'invite chacun à le faire pour son propre pays, et le Brésil ou les USA) on ne prend pas les chiffres absolus mais c'est bien les chiffres relatifs (c'est-à-dire rapportés à pour mille habitants) qu'il faut prendre en compte!

   En comparaison, ce même jour, on compte 23503 morts en Belgique. Au Brésil ils sont un peu plus de 210 millions d'habitants, en Belgique nous sommes un peu plus de 11 millions (11400000). Donc ces chiffres indiquent qu'il y a 1,7 morts par mille habitants au Brésil contre 2,1 morts par mille habitant en Belgique!

   S'il y a donc une situation préoccupante et hors contrôle c'est bien plus en Belgique qu'au Brésil il me semble. Quoi qu'effectivement on ne peut nier qu'en trois semaines le Brésil soit passé de 1,4 à 1,7 morts pour mille habitants alors qu'en Belgique cela stagne plutôt, la différence se joue en terme de centièmes en Belgique contre 0,3 au Brésil. Mais honnêtement, quel est le chiffre le plus inquiétant?

_______________________________________

On nous annonce dans les environ de 300.000 (trois cent milles) morts tant aux USA (Etats-Unis d'Amérique) qu'au Brésil et on nous dit «c'est énorme». Mais que penser lorsque l'on compare leurs chiffres rapportés par 1000 (mille) habitants et les nôtres. En effet, nous qui prenons des mesures fortes en Europe avons 2 fois (deux fois) plus de morts par mille habitants du CoViD19 que la moyenne entre les U.S.A. et le Brésil! Dès lors cela ne pose-t-il pas question?

Voir les commentaires

Une jalousie haineuse teintée de romantisme solidaire

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Le sentiment dominant sur lequel s'appuient actuellement en 2021 la grande majorité des Partis Marxistes Révolutionnaires (cela exclu donc la Gauche Socialiste Démocratique) n'est autre que la jalousie qu'ils maquillent en discours de solidarité.

   Comme je le faisais remarquer un jour à un gaucho: «tous ces bourgeois qui rêvent d'être prolétaires nous font chier», car de fait c'est de ces bourgeois que sont composés l'élite intellectuelle de ces Partis Communistes et Partis des Travailleurs. Ce à quoi il me répondait que, lui, ce qui le faisait chier c'était «les prolétaires qui se rêvent bourgeois». Ben justement!

   S'il n'y avait pas de prolétaires qui se rêvaient bourgeois, il n'y aurait personne pour voter extrême-gauche; tout juste voterait-on à gauche démocratique, PS, s'il ne s'agissait réellement que de solidarité. Le PTB (en Belgique), la France Insoumise, etc. sont un vote de prolétaires jaloux de la richesse des bourgeois et rêvant soit d'eux-mêmes être riches, ou plus riches que maintenant, soit d'appauvrir (et si possible encore plus pauvres qu'eux aujourd'hui) les bourgeois actuels.

   Car seule l'envie "d'être comme" rend jaloux et toutes les gloses de ces partis (tout comme celle de l'extrême-droite) jouent sur le sentiment de jalousie.

   Mais comme on "sent" intimement que c'est pas beau d'être jaloux, ne fut-ce que parce qu'on aimerait pas que quelqu'un soit jaloux du peu qu'on a (sa femme, ou son travail), ce sentiment de jalousie, instinct profondément ancré, et bien on le maquille sous un très léger (mais très léger, car vraiment ce n'est pas le discours dominant) parfum romantique d'une ère de la Solidarité Humaine.

   Il m'est avis que des partis qui jouent sur des sentiments et des instincts aussi basiques, tant des partis d'extrême-droite que d'extrême-gauche, n'ont certainement pas comme ambition réelle d'améliorer le sort de leurs semblables... Doivent avoir des buts cachés et inavouables, qui se résument en remplacer la bourgeoisie capitaliste par la bourgeoisie nationaliste du Parti. Les pauvres? Qu'ils le restent et qu'ils crèvent!

Voir les commentaires

Patriarcat ou Matriarcat, ça reste de la non-démocratie!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, je ne pouvais afin d'appuyer mon propos que comparer les photographies de Greta Thunberg et Angela Merkel. N'ont-elles pas la même gueule inquiétante faite de haine envers les autres, de «vous je vous aurais»? Une gueule qui me rappelle une autre gueule, masculine celle-là, mais j'y viendrai.

   Comme je l'ai toujours pensé, le féminisme s'oppose à l'humanisme et si l'Humanisme est clairement de gauche, le féminisme lui est clairement de droite.

   Un nouveau langage s'est institué pour déclarer la guerre au genre humain dans son ensemble, c'est-à-dire différencié en genres hommes/femmes, sexué. Tous les torts de la planète seraient dus au "Patriarcat"!

   L'ultra-libéralisme, les problèmes environnementaux, sociaux, les dictatures, etc. Seulement quel est le projet qui est porté derrière cette dénonciation (farfelue)? Le projet de remplacer le Patriarcat par le Matriarcat. Les femmes veulent leur heure de gloire, le Pouvoir, par et pour elles-mêmes et pour elles seules!

   Et des crétins d'hommes féministes qui (de mon vécu) à force d'être féministes vont finir totalement pédés et enculés, de relayer ce projet politique.

   Comme l'a dit l'autre: «la Femme est l'Avenir de l'Homme»! Effectivement, elles s'ancrent dans des projets alter-économiques et écologistes sans pour autant dédaigner l'usage de fours à micro-ondes assez gourmands en MWh. Ça me fait penser au premier homme politique européen écologiste (et végétarien): Adolf Hitler, exactement lui.

   Et si la femme est l'avenir de l'homme; avec des femmes de la trempe d'Angela Merkel (plus de 25 années de pouvoir) on peut le dire, le prochain dictateur européen sera sans conteste... une femme!

   Au projet qui consiste à remplacer le maximum de députés, de ministres et de présidents, la ploutocratie quoi, par des femmes, ce qui reste une ploutocratie, je préfère le projet Humaniste de donner le pouvoir au peuple, à l'humanité, tant aux hommes qu'aux femmes, comme c'est le cas avec le système référendaire (votations) de la Suisse que je ne cesse de citer en exemple sur ce blog.

   Bref, quittons le féminisme pour redevenir Humanistes!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>