Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fascisme

De la gratuité des transports en commun

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

De la gratuité des transports en commun

   Voici quelques années je m'étais passablement énervé contre une application de smartphone (devenue depuis une page Facebook) visant à prévenir les usagers fraudeurs de la STIB des contrôles sur le réseau. Totalement injustifié: ton abonnement STIB te reviens beaucoup moins cher que tes changements successifs (environ une fois par an ou par an-et-demi) de smartphones voire iPhone!

   Bref, c'était là militer en faveur d'une gratuité pour les bourges et leurs fils! De fait, à l'époque on pouvait militer pour la gratuité des transports en commun pour ceux qui n'en avaient clairement pas les moyens et donc ne s'achètent pas de smartphone.

   Mais au vu de la politique de mobilité actuelle menée par les écologistes flamands à Bruxelles, à partir du moment où je fais des moyens de transports partagés (bus, trams, métros, trottinettes, vélos, etc.) non plus un choix mais une obligation on est alors obligé de laisser lesdits moyens de transport partagés (tous) totalement gratuits et ce pour tout le monde!

   Car il ne s'agit plus d'un choix de transport mais d'une obligation d'usage et ce quels que soient mes revenus.

   Peut-être que cette gratuité sera un jour décidée, mais (voir mon article sur la "Liberté surveillée") même si cette gratuité totale est décidée il sera encore obligatoire et contre lourdes amendes de pointer ou de s'enregistrer avec son smartphone (pour les trottinettes, vélos, etc.).

   Évidemment on ne nous dit pas «nous allons vous obliger à prendre des transports partagés afin de surveiller vos déplacements», on nous dit «nous allons interdire les voitures de circuler à Bruxelles (Ville d'abord, Région ensuite)», premier signe de la décadence de l'Europe Occidentale, et c'est pris positivement, second signe de décadence, par une population qui se préoccupe d'environnement et qui selon un raisonnement aristotélicien (binaire) d'il y a 5000 ans en arrière assimile toute voiture à la pollution!

   Or ce qui se passe est qu'on interdit non-seulement les voitures à essence qui effectivement polluent mais également les voitures électriques et à hydrogène qui, elles, ne polluent absolument pas!

Voir les commentaires

Il aurait mieux valu que Mélenchon gagne ces législatives plutôt que LREM...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Tout d'abord il convient de rire de cette habitude désormais ancrée chez les français de se choisir un chef pour ensuite désirer le pendre à un poteau.

   Mais notons que cet instinct viscéralement typique des républiques du type de la France n'est pas aussi absurde en soi. Même si elle n'a absolument rien à voir avec la politique menée, qui n'est rarement voire jamais critiquée de manière rationnellement argumentée. Cela est dû à un double leg de Jacques Chirac: la dissolution du gouvernement puis l'inversion du calendrier électoral (pour que la présidentielle précède d'un mois la législative et non l'inverse).

   En effet, les humoristes avaient beaucoup ri à l'époque de cette dissolution (dans la mesure où elle avait donné la victoire à Jospin du Parti Socialiste, à la Gauche donc) mais ils n'avaient pas l'esprit du "à long terme". Car à long terme, c'est-à-dire dès 2002, cela assurait de facto les pleins pouvoirs au Parti gagnant de la présidentielle et empêchait toute cohabitation.

   Or si François Mitterrand et Jacques Chirac étaient des Présidents très appréciés (jusqu'en 2002), c'est que justement ils ont toujours "régné" sous une cohabitation même quand le Premier Ministre étaient du même parti qu'eux. En effet: camp de Rocard contre camp de Mitterrand et camp de Balladur contre camp de Chirac.

   Le fait que le gouvernement (et donc de fait le Parlement) puisse être un contre-poids à un Chef, ou puisse le devenir en cours de mandat présidentiel, était rassurant, évitait la personnalisation de la politique menée, évitait de ce fait les états de clivages violents tels qu'on en connaît de nos jours, et enfin évitait le statut de Chef Suprême (Dictateur) du Président de la République.

   Alors on me répondra que certes Mélenchon a perdu mais que LREM n'a pas la majorité absolue au parlement. Qu'importe dirais-je, et ce pour deux raisons.

   La première est qu'il était important que Mélenchon gagne les élections législatives car ainsi il allait pouvoir dégoûter les français et éviter un second tour en 2027 Le Pen / Mélenchon à la présidentielle (Mélenchon étant bien moins dangereux comme premier ministre que comme président). C'était forcé qu'il les dégoûte. Car d'abord l'alliance de la Nupes qui allie une gauche marxiste (PS [Parti Socialiste], PCF [Parti Communiste Français], Insoumis) naturellement portée au progrès technologique et donc à l'industrialisation avec une prétendue gauche ([EELV] écologistes) ne jurant que par la production douce, le fait-main, le bio, la décroissance, eh bien c'est une alliance contre-nature qui ne tient pas debout et ne peut satisfaire par cette contradiction interne aucun de ses propres électeurs!

   La seconde est que de toute-façon, à coup de n9-3 s'il le faut, LREM peut se passer du parlement pour faire passer des lois qui importunent l'opposition.

Voir les commentaires

Discours de 1er Mai, fête des travailleurs et non "fête du travail"!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Tout d'abord je tenais à signaler ici que le premier Mai est bien "la fête des Travailleurs" et non pas "la fête du travail". Pourquoi fête-t-on les travailleurs (et travailleuses) le 1er Mai? Cela provient des USA: un premier Mai eût lieu un massacre de travailleurs assistant à un meeting en pleine rue. Et aux USA comme dans l'ensemble des Amériques (latine également donc) on parle bien du "workers day", "dia dos trabalhadores", "jour des travailleurs" et non de jour du travail.

   Alors on sait que la gauche et l'extrême-gauche marxistes se sont  réappropriés cette fête. Et justement je tenais ici à réfléchir sur un point précis, qui a à voir avec la critique de l'Homme Unidimensionnel, critique proprement existentialiste reprise plus tard par les situationnistes (ces derniers malgré tout restant dans une vision unidimensionnelle de l'humain). En un mot: «la gauche sauvera-t-elle le travailleur?».

   De fait Engels et Marx, lorsqu'ils observent et réfléchissent au bonheur des travailleurs et à leur avenir, le font à partir de ce qu'ils peuvent voir du quotidien du travailleur du tout début du XIXe Siècle, début des années 1800.

   Soit un ouvrier et une ouvrière travaillant 16 heures par jour et ne faisant que travailler, manger, baiser et dormir.

   Les Communistes dès lors n'imaginent qu'un seul bonheur pour le travailleur: posséder le boulet auquel il est enchaîné! Pouvoir en choisir la couleur sans pour autant en être débarrassé ne fut-ce qu'un instant.

   En effet, les Communistes, malgré la critique marxiste de l'aliénation de la marchandise, ne pensent nullement en revenir à l'artisanat (à l'avant-révolution industrielle), aux PME, etc. Au contraire ils gardent l'industrialisation pourvu que la machine appartienne à l'ouvrier. On voit bien la bêtise que cela constitue.

   L'apparition dans les démocraties capitalistes du découpage de la journée en trois temps de 8 heures: 8 heures de travail, 8 heures de loisirs et 8 heures de sommeil, signera la fin du Communisme même s'il a mis du temps à s'effondrer.

   En effet, le communisme conçoit les purs loisirs comme une chose "bourgeoise". S'ils découpèrent à leur tour les journées en trois 8, les heures dévolues dans le monde occidental bourgeois et "décadent" aux loisirs devaient servir selon l'URSS, la Chine, Cuba, la Corée du Nord, etc. à la "formation marxiste par le Parti, par les Soviets". Seule la lecture de Marx est acceptable comme occupation hors travail et sommeil pour le communisme.

   C'est que le communisme, Marx et Engels, n'ont qu'une vision unidimensionnelle de l'humain. L'Homme n'a qu'une dimension: celui de sa classe sociale. Il n'y a que des travailleurs et des patrons, rien d'autre au monde!

   Or, voici que soudain, et grâce à la lutte des travailleurs dans ces pays, les loisirs naissent dans les démocraties capitalistes. Dès lors je suis, comme le notent très bien et Van Vogt dans ses cours de sémantique et Jean-Paul Sartre dans ses traités d'existentialisme, obligé de ne plus seulement dire "untel est ouvrier" mais bien "untel est ouvrier... entre autres choses".

   Car dès lors je ne suis plus seulement travailleur, mais aussi guitariste, bricoleur, informaticien, DJ, pêcheur, motocycliste, cycliste, joueur de basket, de jeu d'échecs, etc. Et pas seulement par mon métier mais en plus de mon métier!

   L'homme devient pluridimensionnel, multidimensionnel et se libère ainsi de son uni-dimensionnalité.

   Et si c'est gênant, cette nouvelle liberté du travailleur, pour le Communisme c'est que le marxisme ne voit qu'un type de lien social admissible: celui de la classe sociale. Or les liens sociaux créés par les loisirs sont de facto inter-classes-sociales, les dépassent.

   Mais ils n'en sont pas pour autant, contrairement à ce que fait le marxisme, à rejeter dans la poubelle des choses inutiles.

   Ces loisirs, premièrement, apportent un équilibre mental. Et ensuite ils permettent à l'humain de se dépasser, de découvrir de nouvelles choses d'ordre sportives, artistiques, mais aussi scientifiques et techniques!

   Je dirais que l'oeuvre de Karl Marx et d'Engels sont elles-mêmes issues "des choses inutiles et bourgeoises capitalistes", de l'activité de l'observation intellectuelle non-productrice de valeur marchande.

   Bref soyez multidimensionnels pour être des travailleurs libres!

-------------------------

 

   On pourrait penser que ce discours de premier Mai était du vide, de pures considérations intellectuelles sans importance pour la vie réelle, la civilisation humaine, le développement. Or voici que je vais m'atteler ici à la tâche nécessaire de démontrer en quoi cette pluridimensionnalité de l'humain telle que vue par les démocraties capitalistes (USA dans mon exemple) permet un développement civilisationnel exponentiellement plus élevé qu'une vision d'homme unidimensionnel - prolétaire et rien que prolétaire - (URSS dans mon exemple).

   Je veux parler du progrès technologique, une forme de progrès qui touche tout DJ ou MC.

   On pensera bien évidemment à la Course vers l'Espace. Certes, à l'époque, le productivisme étant de mise tant à l'Ouest qu'à l'Est, la notion de "loisirs" étant encore largement absente de la société d'avant 1960 (les Golden Sixties arriveront mais bien plus tard que de ce que nous allons évoquer ici), il y avait donc égalité entre les "deux blocs".

   Tant et si bien que la rigueur propre au productivisme soviétique permit à l'URSS de prendre une grande longueur d'avance: Spoutnik, le premier satellite artificiel, émettant par voie hertzienne un bip-bip continu pouvant être entendu sur l'ensemble de la planète dont il faisait le tour quotidiennement, était on peut le dire la toute première pièce du puzzle technologique moderne et fort bien réussie!

   Les USA mirent du temps à rattraper le retard et c'est presque par un pur hasard qu'ils furent les premiers à mettre les pieds sur la Lune en 1969 avant l'URSS. Bref, malgré cette dernière victoire américaine les soviétiques avaient tout pour être fiers de leur prolétarisme outrancier.

   S'ouvre alors une seconde ère de développement technologique. Après avoir rêvé aux petits martiens tout vert, on rêve au Cyborg, à l'Intelligence Artificielle, au robot humain. C'est l'ère de la Révolution Informatique.

   Et en ce domaine, l'URSS autrefois si habile est à la traîne, les USA percent bien plus vite, bien trop vite même. C'est sans doute ce qui précipitera la nomination de Gorbatchev à la tête de l'URSS par le Parti Communiste.

   À quoi cela peut-il bien être dû? C'est qu'entre la Conquête de l'Espace et la Révolution Informatique, du moins en démocraties capitalistes, l'homme est devenu un consommateur de loisirs mais qui dit loisirs ne dit pas que consommation mais également création à partir du consommé... L'homme a quitté l'ère unidimensionnelle.

   Des grands ingénieurs, à l'Ouest comme à l'Est, dessinent de manière très sérieuse et carrée les plans des futurs premiers ordinateurs "à la chaîne"; des ordinateurs qui tant à l'Est qu'à l'Ouest sont destinés à l'usage de la seule administration.

   Et voici qu'aux USA, des gens, souvent universitaires, souvent excentriques, ont l'idée d'utiliser les circuits imprimés, base de l'informatique industrielle, pour leurs loisirs.

   C'est en quoi réside la supériorité de l'économie capitaliste que d'oser imaginer que puisque il y a des gens que ça intéresse l'informatique, fut-ce pour jouer au ping-pong sur un écran, et bien on va créer un ordinateur familial, les premiers PC (Personnal Computer, Ordinateur Personnel): IBM puis Apple.

   Dans l'économie marxiste on imagine mal gaspiller de l'effort pour produire une machine qui permette de jouer au ping-pong sur écran plutôt que sur table concrète et qui ne serve pas à du plus "utile".

   Autres points forts du capitalisme démocratique: la libre entreprise et la propriété privée (et non collective). Commençons par le second item.

   En URSS quel aurait été, à imaginer que le modèle de Karl Marx ait été suivi scrupuleusement (Lénine le cita mais se garda bien de le réaliser) donc qu'il y en ait eu un, le vote d'un Soviet de constructeurs informatiques pour savoir si on pouvait littéralement péter un ordinateur pour le transformer en éventuelle (car ce n'est là qu'une expérience) future première carte son de l'histoire de l'informatique? Je crains que le non l'ait emporté: pourquoi vouloir qu'un ordinateur joue de la musique ça sert à rien, le tourne-disque le fait si bien!

   La propriété privée me permets de me passer du vote d'un quelconque poussiéreux Soviet, j'ai un ordi, j'ai une idée, donc je le fais.

   Sans cela l'avenir de nombreux DJs à travers le monde eût été fort compromis...

   Du coup on comprend mieux le second item: la liberté d'entreprendre en dehors de tout contrôle étatique: j'ai eu l'ordi, j'ai eu l'idée, je vends ce que j'ai trouvé et ça financera d'autres découvertes.

   Bien évidemment j'ai pris l'exemple (réel) de l'invention de la carte son car il s'agit ici d'un blog de DJ/Producer surtout DJ depuis qu'il a découvert qu'il était piètre "producer".

   Mais en fait en matière de Révolution Informatique, l'URSS sera à la traîne de tout: du PC, de la connectivité entre plusieurs systèmes d'exploitations différents, de l'Internet... et même du hacking où il faudra attendre l'effondrement de l'URSS et l'établissement du capitalisme pour qu'en ce domaine au moins ils émergent!

Voir les commentaires

Liberté oui, mais liberté surveillée!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Il y a une question que l'on s'est posée lors de la mise en place du "contact tracing" visant à lutter contre la propagation de la Covid-19. Mais soyons clairs, depuis maintenant 5 ans les gouvernements européens ont les moyens potentiels de suivre tout individu à la trace, de garder un historique de ses déplacements en temps et heures, de relever ses habitudes et même de prédire l'endroit où il se trouvera dans un futur pouvant aller jusqu'à environ un mois.

   C'est ce qu'on appelle la Mobilité 2.0 ou mobilité partagée; cette nouvelle politique de mobilité initiée d'abord à Paris puis à Bruxelles et enfin dans de plus en plus de grandes villes européennes qui crie à qui veut bien l'entendre que «mais non, la voiture personnelle n'est pas la liberté» (et en plus ça pollue) et que «mieux vaut prendre les transports en commun et le vélo».

   De ce fait, un vélo électrique neuf coûtant le prix d'une (bonne) voiture d'occasion, on s'est donc mis à proposer des moyens de déplacement "partagés" (de location). Que ce soient vélos, trottinettes, et même scouters et voitures électriques. Ces objets mis à disposition du public coûtant un prix certain, il devint logique de leur adjoindre des méthodes de traçages dans le but certes d'en éviter le vol  et la dégradation mais qui font que de facto tout individu les utilisant est donc suivi à la trace!

   L'IoT (Internet of Things, Internet des Objets) s'en est donc mêlé créant déjà le fameux web 3.0 dont on nous parle pour un Monde Virtuel, mais dans le Monde Réel malheureusement.

   Car, si j'ajoute à cela, que même les transports en commun permettent potentiellement de savoir qui monte dans le tram, métro ou bus, dans lequel et vers quelle direction; que savoir où il en descent peut facilement se faire s'il décide d'emprunter une trottinette ou un vélo; que tout cela se fait via des "apps" (applications de smartphones); donc il n'y a plus de limites.

   Qui me dit, en effet, que le processus de tracing s'arrête réellement lorsque je quitte le moyen de transport emprunté? Tout se faisant via des apps, il me faudrait être sûr que l'application utilisée par moi pour emprunter tous mes moyens de transport ne continue pas à envoyer ma position, soit en continu soit toutes les x minutes, via le GPS de mon smartphone à une espèce de "banque de déplacements".

   C'est bien là le hic. Nous avons acceptés un monde de tracing de notre mobilité, et si on additionne le tracing permis par les paiements avec cartes bancaires eh bien on n'est pas sorti de l'auberge même en prenant sa voiture personnelle...

Voir les commentaires

Homme Nouveau et anti-vaccins (antivax)

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   «Les vaccins permettent à ceux qui auraient dû crever de survivre et en ce sens empêchent la sélection naturelle darwiniste biologique qui normalement devrait constituer une société d'Homme Nouveau, l'homme 20.20, l'homme multirésistant aux virus»! C'est une théorie nazie sur laquelle s'appuie la naissance des mouvements contre les mesures sanitaires dont le mouvement antivax (anti-vaccinal).

   En participant à ce mouvement les Anarchistes se font les idiots utiles de l'Extrême-Droite. Lorsque l'on ne dérange pas un camp, au contraire lorsque ce camp vous accueille les bras ouverts, c'est qu'on est son idiot utile, c'est que l'on sert sa cause même si celle-ci est profondément différente de celle que l'on croit servir.

   La raison profonde qui a mené au lancement d'un mouvement de défiance envers non-seulement les vaccins anti-coronavirus, mais aussi envers tous les vaccins quels qu'ils soient, est résumée au début d'article. Les vaccins contre le COVID-19 empêchent la naissance d'une société nouvelle uniquement composée de "l'Homme 20.20", l'homme qui a naturellement résisté à cette maladie sans aide extérieure.

   Et sans aide de l'Intelligence donc. Ce qui explique un second mouvement qui dit que si l'humanité a pu survivre alors que c'est une "bête" somme toute assez fragile et peu forte, c'est grâce à son intelligence et c'est grâce à cette intelligence que l'humain domine le monde. Domination néfaste à la Nature, à Gaïa, et il convient donc d'éradiquer l'humanité ce qui ne peut se faire qu'en éradiquant son intelligence.

   Éradiquer l'intelligence humaine est assez facile: les archéologues généticiens ont démontrés il y a plusieurs dizaine d'années que cette intelligence était apparue lors du passage à l'alimentation carnée. Pour éradiquer l'humanité, donc d'abord son intelligence, il convient donc de promouvoir le végétalisme le plus radical.

   La différence entre ces derniers, partisans de l'extinction écologique, et les premiers, partisans du darwinisme biologique, c'est que pour les écologistes c'est toute l'humanité dans son entièreté qui doit s'éteindre alors que pour les darwinistes un type d'Homme Nouveau doit survivre, mais lui-seul.

Voir les commentaires

Coronapass ou Covid-Safe-Ticket, pourquoi être contre même (et surtout) si vaccinés?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Comme toujours en politique, les promesses n'engagent que ceux qui y croient! Ainsi l'exécutif (et non le législatif) nous avait dit «non, non, il n'y aura pas de "Coronapass" en Belgique». Et le même exécutif, qui n'est pourtant pas législatif, d'instaurer à peine plus tard un "Covid-Safe-Ticket", exact équivalent. Il faut savoir que je parle ici en tant que moi-même vacciné et que donc je ne défends pas mes propres intérêts mais bien ceux des citoyens, de tous les citoyens mis ensemble dans la même société où ils vivent mais chacun avec leurs libertés.

   À Bruxelles, où les chiffres sont les plus mauvais, il y a 65% de totalement vaccinés pour donc 35% de non-vaccinés. Et ces non-vaccinés pour qui représentent-ils un danger? Les non-vaccinés ne représentent un danger que pour les autres non-vaccinés! Ce qui représente un danger pour les déjà vaccinés est l'ouverture des frontières qui ramène des variants dont des résistants aux vaccins (Colombien not.).

   Ayant bien pris note de cela on découvre donc que si l'État Belge (et Français) pensaient réellement à notre santé, ils n'auraient jamais rouverts les frontières pour l'été 2021.

   Il n'y a dans l'Histoire du Monde qu'un seul Régime où la Santé n'était pas un Droit mais une Obligation (tout comme la Pratique du Sport par ailleurs); c'était le Régime Nazi (National-Socialiste)!

   De fait, la Santé est un Droit et non un Devoir en Démocratie. Ces gens ne se sont pas faits vacciner jusqu'à maintenant; on doute qu'ils le fassent même dans les dix prochaines années. Chacun à ses raisons, aussi idiotes (le vaccin est fait pour tuer) que Nationalistes (j'attends le vaccin français), mais en gros ils ne sont à Bruxelles que 35%. Or on ne gère pas une société en laissant 35% seulement de la population décider de la politique à mener pour les 65 autres pourcent.

   Étant donné la vérité que ces non-vaccinés ne représentent pas un danger pour la majorité vaccinée de la population; un deal, une alternative est à trouver.

   Car même un vacciné peut contaminer. «Pendant un peu moins de temps qu'un non-vacciné» précise le site fédéral d'information sur le coronavirus. Soit pendant 7 jours au lieu de 14 jours. Par ailleurs, il peut contaminer son chien, chien qui peut ensuite contaminer d'autres personnes. Va-t-on demander un test covid pour les chiens qui se accompagnent les vaccinés au bistrot? Je crois que non.

   Le véritable problème part du fait que, bien qu'anti-vaxx (antis-vaccin), ces non-vaccinés attendent du secteur hospitalier des soins identiques à tous. Ou du moins c'est ce que nos États font semblant de comprendre.

   L'alternative au Coronapass et Covid-Safe-Ticket serait alors que le législatif cette fois décide d'une Loi où quelqu'un qui ne s'est pas fait vacciner alors qu'il en avait toutes les facilités et possibilités ne soit pas traité en hôpital mais en ambulancier (à domicile) en cas de contamination! S'il a de la chance et est VIPO, ce sera remboursement total par la mutuelle, sinon qu'il paie le fruit de sa liberté.

   Mais en dehors de cet aménagement aucun Coronapass ou Covid-Safe-Ticket n'est non seulement légitime mais en plus efficace: en effet, comme dit plus haut, un vacciné peut être un porteur contaminant pour les autres!

Voir les commentaires

Tu parles beaucoup mais tu fais pas grand chose...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors récemment j'ai entendu une phrase d'un gros bourgeois «en vacance ici avec ses deux enfants», qui sortait tout de go l'argument de ceux qui n'en ont pas: «il y en a beaucoup qui parlent mais personne ne fait rien!».

   Eh bien, c'est que justement il y a des gens payés exprès pour beaucoup dire et ne rien faire. Et dans beaucoup de métiers. Je pense en premier aux journalistes, chroniqueurs, éditorialistes et autres dont raffolent justement cette sorte de bourges. J'y pense en premier car qu'est-ce qu'un blog sinon un recueil d'éditoriaux écrits qui plus est par quelqu'un qui n'a pas la chance d'être payé pour le faire? Et ces journalistes sont grassement payés; par nos impôts pour le Service Public (et les journaux de presse écrite ici en Belgique), par notre redevance télé et télédistribution auprès d'un cablo-opérateur pour le privé. Il ne vient pourtant à personne l'idée de dire «tiens, encore un qui parle beaucoup et ne fait rien», au contraire on s'en gave en famille.

   Ensuite il y a les professeurs d'universités et hautes-écoles et... les politiciens! Les politiciens en effet parlent beaucoup, signent de grandes déclarations (COP-21 par exemple), jurent de respecter la Constitution (séparation stricte du rôle de l'exécutif et du législatif), mais ne font rien de tout ce qu'ils ont dits.

   Ce qui me permet d'aborder un autre point ici, la déclaration pleine de sens certes de Georges-Louis Bouchez à propos de l'inadéquation entre formation et offres sur le marché de l'emploi. C'est connu: il y a trop de diplômés alors que les offres d'emplois demandent avant tout des techniciens et ouvriers qualifiés.

   Mais ayant dit cela, Georges-Louis Bouchez et tous les bourgeois qui votent pour lui pensent-ils inscrire leurs enfants (bien plus nombreux que les enfants de paumés) en école secondaire Technique-Professionnelle? Je crois bien qu'au contraire ils continuent malgré l'évidence statistique à les diriger vers des études universitaires. Car, même sans emplois, leurs enfants seront au mieux rentiers, au pire artistes ou intellectuels.

   Ce qui explique tout le sens de l'image prise en illustration: la couverture de l'album Nevermind de Nirvana sorti en 1991. À savoir qu'on nous répète que la valeur sûre de nos sociétés serait le travail. Le travail, vraiment? Comme déjà écrit ici, on ne reproche pas à un rentier de ne pas travailler et à un intello ou artiste installé de ne vivre que de sa salive déversée.

   La valeur de nos sociétés? La seule qui permette l'intégration? Avoir de l'argent, et pire, avoir de l'argent en trop donc à gaspiller! Qui n'a pas ça, de quelque manière que ce soit, légalement ou illégalement, en travaillant ou en dormant, ne peut s'intégrer et donc ne peut trouver une petite-copine (et donc risquer d'avoir une descendance). C'est la base du Darwinisme Social!

   Mais ce darwinisme social voulu par le capitalisme pourrait bien se retourner contre le même capitalisme. Car les prolos faisant un à deux enfants maximum (si c'est pas zéro) contre trois à cinq pour les bourgeois; au bout du compte ce seront les fils de bourgeois qui devront aller ramasser eux-mêmes les poubelles et nettoyer la rue!

   Et je reviens ici à un article sur les réfugiés. J'y écrivais que les mouvements pro-sans-papiers étaient dirigés exclusivement par des fils de bourgeois et qu'ils étaient tous pour l'accueil via régularisation plutôt que via statut réfugié. Justement: c'est que ces bourgeois n'ont pas du tout envie d'aller ramasser les poubelles, donc pour remplacer le Peuple éliminé par le darwinisme social il convient de régulariser des étrangers pour faire ce sale boulot...

   Bref tout tient l'un dans l'autre et si la théorie d'Adam Smith de la "main invisible" n'a pas fait ses preuves en terme de régulation des Marchés, elle fait ses preuves en politique!

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>