Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

belgique

La Justice Sociale pas la Loterie Électoraliste!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

tickets d'euromillions

   En Belgique on pense déjà à ce que je lis aux prochaines élections. Et chaque parti politique de vouloir paraître le plus généreux et "gentil"; en premier avec une vieille idée de Droite ressortie par ladite droite (MR): les allocations universelles; suivie de très près par la Droite Alternative (Écolo) qui se veut "de Gauche" (car se déclarer de gauche rapporte plus d'électeurs) et son idée d'attribution de trente mille euros (30.000 €) à tous les jeunes de 25 ans. Bon, je serais tout-à-fait capable d'argumenter des heures pour démontrer en quoi ces deux mesures sont anti-sociales et aggraveraient les inégalités au lieu de les aplanir, mais passons car il est sommes toutes 4h42 du matin.

   Et si à la place de ces promesses de "tous gagnants à l'EuroMillions" qui puent bien l'électoralisme et le clientélisme - l'achat de votes quoi - on se préoccupait de faire vraiment du Social?

   Il me semble en effet qu'il y a quelques chantiers vachement plus urgents et plus "Justes"; moins coûteuses également.

   Tout d'abord on reproche beaucoup en France à Emmanuel Macron d'être «le Président des riches». Rien n'est plus faux. Il est le président de ce que notre MR belge qualifie par «les Classes Moyennes». De fait, Macron a établi en France que «à cotisations sociales égales, ouverture égale aux droits sociaux»! Voilà un chantier plus urgent pour le MR que les allocations universelles il me semble. Il est urgent d'enfin faire en sorte qu'en Belgique aussi, tout comme en France depuis Macron, les indépendants qui paient leurs cotisations aient enfin droits à des allocations de chômage calculées en fonction de leurs revenus d'avant-faillite (et non plus uniquement au minimex), aient droits à des allocations de maladie-invalidité comme les travailleurs (qu'ils sont par ailleurs), aient droits à une pension calculée en fonction des revenus et cotisations de carrière (et non plus la seule GRAPA).

   Voilà donc des chantiers plus urgents pour la Droite, dont l'électorat naturel sont les fameux indépendants (c'est du moins ce que prétend le MR).

   Pour la Gauche, quand on est réellement de gauche on est censé être plus préoccupé de sujets sociaux (tant d'un point de vue économique que philosophique) que par rameuter des électeurs à la manière de Lula au Brésil.

   Refaire du minimex (allocations de CPAS) l'ultime rempart inconditionnel contre la misère me semble donc plus urgent que de distribuer un gain de lotto à certains. C'est-à-dire que le PS, puisque Écolo ne semble pas prêt à s'en occuper, doit rétablir le droit inconditionnel au minimex, sans obligation de parcours menant au travail à suivre par les bénéficiaires. Ça coûtera finalement moins cher aux bourgeois, une telle solidarité, que 30.000 euros fois le nombre de "nouveaux de 25 ans" chaque année!

   C'est une question de Justice Sociale. Avec cette dernière proposition la bourgeoisie devient solidaire réellement des plus pauvres, puisque le minimex contrairement au chômage est payé par les impôts et non par les cotisations sociales!

   Ce qui implique un chantier tiers et inévitable (qui équilibre à ce point Gauche et Droite): rendre plus automatique l'exclusion du bénéfice des allocations de chômages de ceux qui manifestement ne veulent plus travailler pour les rediriger vers les CPAS.

   Non, mais puisque l'on semble prêt à distribuer de l'argent, autant le faire de manière utile et juste socialement; tout en équilibrant préoccupations de Droite et de Gauche!

Voir les commentaires

Régulariser les sans-papiers pour la Justice Sociale en Europe!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Dans un précédent article je m'opposais à la régularisation systématique, préférant l'accueil sous "statut réfugié". Ce dernier permet en effet à la Turquie de passer en deux ans de deux millions de réfugiés accueillis sur son sol à trois-et-demi millions!

   Mais, relisons un peu un article de La Libre Belgique et relions-le aux faits. Ce journal expliquait que «l'immigration en Belgique rapporte plus qu'elle ne coûte». En fait ils auraient pu titrer «le travail sous-payé en noir rapporte plus». Car, en effet, on sait aujourd'hui que 80% des livreurs à vélo ou motocyclettes sont des sans-papiers travaillant au noir. Que la commune de Saint-Gilles a, dans les années 2003-2004, fait appel pour la peinture de cellules à une entreprise employant des sans-papiers; que la même commune a fait appel un peu plus tard lors d'une réception communale avec le bourgmestre Charles Picqué, à une restauratrice employant elle aussi des sans-papiers; qu'un accident a eu lieu, plusieurs mêmes sur toute la Belgique, à Anvers, commune où Bart De Wever était alors Bourgmestre, sur un chantier de construction impliquant la mort de plusieurs sans-papiers payés 20€ par jour de travail (2,5€ de l'heure)!!!

   Bref cette politique de restriction des régularisations à maximum un tiers des dossiers introduits induit de facto une perte de lois sociales... pour les européens et les belges aussi, dans la mesure où ils sont obligés d'accepter les mêmes conditions de travail et de salaire pour être engagés.

   Dès lors, oui, la seule solution pour une préservation de nos droits sociaux à nous est d'accueillir les autres en tant que tous régularisés, tous!

   Pour finir je dirais qu'on sourit lorsque l'Afrique cesse de nous envoyer des réfugiés mais on pleure dès qu'ils cessent de nous envoyer du Nickel! C'est tout le sens je crois qui était donné primitivement à "l'altermondialisation": pas seulement une mondialisation pour les batteries mais aussi et surtout pour les humains!

   Certes, une telle politique d'ouverture effraie par quelques fantasmes relevant de l'inversion entre la cause et les effets. On crie ainsi à l'envahisseur musulman. La réalité n'est pas qu'il y aurait de plus en plus de musulmans, elle est qu'il y a de moins en moins de chrétiens! Et je dirais donc que, pour un chrétien, il devrait être vu comme heureux que des musulmans arrivent sur notre sol: ils préservent un culte au Dieu créateur de l'Univers visible et invisible ("les Mondes") que les jeunes de nos civilisations autochtones ont abandonné.

Voir les commentaires

Liberté oui, mais liberté surveillée!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Il y a une question que l'on s'est posée lors de la mise en place du "contact tracing" visant à lutter contre la propagation de la Covid-19. Mais soyons clairs, depuis maintenant 5 ans les gouvernements européens ont les moyens potentiels de suivre tout individu à la trace, de garder un historique de ses déplacements en temps et heures, de relever ses habitudes et même de prédire l'endroit où il se trouvera dans un futur pouvant aller jusqu'à environ un mois.

   C'est ce qu'on appelle la Mobilité 2.0 ou mobilité partagée; cette nouvelle politique de mobilité initiée d'abord à Paris puis à Bruxelles et enfin dans de plus en plus de grandes villes européennes qui crie à qui veut bien l'entendre que «mais non, la voiture personnelle n'est pas la liberté» (et en plus ça pollue) et que «mieux vaut prendre les transports en commun et le vélo».

   De ce fait, un vélo électrique neuf coûtant le prix d'une (bonne) voiture d'occasion, on s'est donc mis à proposer des moyens de déplacement "partagés" (de location). Que ce soient vélos, trottinettes, et même scouters et voitures électriques. Ces objets mis à disposition du public coûtant un prix certain, il devint logique de leur adjoindre des méthodes de traçages dans le but certes d'en éviter le vol  et la dégradation mais qui font que de facto tout individu les utilisant est donc suivi à la trace!

   L'IoT (Internet of Things, Internet des Objets) s'en est donc mêlé créant déjà le fameux web 3.0 dont on nous parle pour un Monde Virtuel, mais dans le Monde Réel malheureusement.

   Car, si j'ajoute à cela, que même les transports en commun permettent potentiellement de savoir qui monte dans le tram, métro ou bus, dans lequel et vers quelle direction; que savoir où il en descent peut facilement se faire s'il décide d'emprunter une trottinette ou un vélo; que tout cela se fait via des "apps" (applications de smartphones); donc il n'y a plus de limites.

   Qui me dit, en effet, que le processus de tracing s'arrête réellement lorsque je quitte le moyen de transport emprunté? Tout se faisant via des apps, il me faudrait être sûr que l'application utilisée par moi pour emprunter tous mes moyens de transport ne continue pas à envoyer ma position, soit en continu soit toutes les x minutes, via le GPS de mon smartphone à une espèce de "banque de déplacements".

   C'est bien là le hic. Nous avons acceptés un monde de tracing de notre mobilité, et si on additionne le tracing permis par les paiements avec cartes bancaires eh bien on n'est pas sorti de l'auberge même en prenant sa voiture personnelle...

Voir les commentaires

Où est la mémoire de Jean Jaurès?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Je pense que jusqu'ici je ne m'étais pas exprimé assez clairement. Si, certes, la volonté d'extension de la Russie en Ukraine répond à la volonté d'extension tout aussi illégitime de l'OTAN et de l'Union Européenne dans la même Ukraine et ce pour des motifs strictement économiques (Ukraine = réserves de minerais d'équivalent africain); on doit condamner toute volonté de s'y imposer militairement, tant de la part de la Russie que de la part de l'Europe.

   C'est-à-dire que toute guerre en Ukraine, transformant le territoire ukrainien en champ de bataille et nuisant aux populations locales, est à condamner. Toute réponse guerrière à une guerre, déclenchée ici par les russes, aussi. Car seuls les peuples paient le prix des guerres qui s'engagent sur leur territoire; les grands bourgeois en tirant eux bénéfices car ils vendent ainsi aux armées des armes, des alcools, des drogues et des filles ("the joy divisions")...

   Pour ce qui est de quoi faire alors? Eh bien, l'aide humanitaire stricte (que ce soit via le plus sûr: la Croix-Rouge, ou via d'autres canaux) et l'accueil des réfugiés tant ukrainiens que russes (pour ceux qui s'opposent à cette guerre) me paraît le minimum et l'obligatoire à faire. Les sanctions économiques prises par les pays de l'OTAN vis-à-vis de la Russie ne sont, comme toujours, payées que par le peuple russe.

   Enfin je lis dernièrement un envahissement des réseaux sociaux et qui déborde même dans les média officiels traditionnels occidentaux par la théorie de "la préférence blanche" et du "rejet du Noir". Euh excusez-moi, mais les réfugiés ukrainiens, bien que légaux, sont accueillis à des conditions telles que si on accueillait tous les réfugiés du Monde selon les mêmes termes, les africains ne voudraient même plus venir en Europe!

   À savoir que, selon les termes utilisés par Ursula Von Der Leyen, «les ukrainiens seront accueillis tant que la situation en Ukraine le nécessite et en tout cas pour trois ans». Il s'agit du fameux "statut réfugié" strict que j'ai toujours défendu ici et qui ne pose aucun problème aux occidentaux, non parce que ils sont "blancs" plutôt que "noirs", mais parce que n'étant pas régularisés à vie de facto cela n'impacte pas culturellement et socio-économiquement nos pays de manière définitive mais uniquement de manière temporaire!

   Bref, c'est tout ce que j'avais à dire. Et aussi que la République Française, juste à côté de chez nous, encense la mémoire de Jean Jaurès au Lycée, a nommé maintes rues, places et stations de circulation de son nom, mais il semble que les études supérieures effacent ce qui a été appris au Lycée pour mettre dans nos cerveaux des rouages en formes de €, $, £ et ¥.

   Que Jean Jaurès revienne aujourd'hui, l'histoire se répéterait: on le conchierait et un nationaliste va-t-en-guerre l'assassinerait!

Voir les commentaires

Une station sans publicité est-elle une vraie condition pour une Radio Libre?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   C'est connu, dans le monde des "radios libres" on déteste la publicité. Pourtant, la présence ou l'absence de publicité détermine-t-elle vraiment à elle seule la "liberté" de ladite station?

   En télé on sait qu'à certains moments, en Belgique, la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone, de service public) passe énormément de publicités "Coca-Cola"; cela était vrai dans le passé, l'est toujours dans le présent et le sera probablement dans l'avenir. Pourtant la Une (RTBF-télé) au même moment a déjà passé pas mal de documentaires critiquant les sodas sucrés et visant principalement Coca-Cola, que ce soient ses produits avec sucre (diabète, etc.) ou sans sucre (cancers, etc.).

   Donc, on le constate, malgré la publicité pour une marque précise la station peut rester libre de critiquer ladite marque! C'est que, et souvent la plupart des gens y compris animateurs amateurs de radios l'ignorent, les publicités sont gérées par des agences de placement publicitaires, des Régies Publicitaires et qui en tant qu'entreprises indépendantes de la station se démarquent et sont strictement séparées du bureau de rédaction, de la ligne éditoriale et donc du travail des journalistes!

   Mais si la présence de publicités ne nuit en rien au contenu, l'absence de publicités est-elle un vrai gage d'indépendance de ma radio "libre"?

   On sait que pour émettre en FM, et même en webradio (radio web), il faut des moyens financiers. Si ce n'est pas la publicité qui fournit ces moyens, qui sont assez élevés, qui donc? Les auditeurs? Ça ça peut marcher sur une radio religieuse et éventuellement communautaire. Mais sur une radio libre on sait que les auditeurs veulent tout gratuit.

   En réalité la majorité des moyens financiers des "radios libres" proviennent de lobbies et / ou carrément partis politiques! Surtout quand elle se retrouve tout-à-coup avec des finances lui permettant d'émettre en DAB / DAB+. Et qu'étant donné que la méthode de récolte des moyens financiers mettent directement en rapport donateurs et directeurs éditoriaux, cela influence de facto le contenu.

   Donc, clairement ici, on démontre que l'absence de rentrées publicitaires nuit à la liberté de la ligne éditoriale de ma "radio libre".

   C'était je pense important à noter. Ce qui compte ne sont pas les moyens mis en oeuvre pour émettre, on peut très bien utiliser la publicité, ce qui compte est la finalité de la station: faire découvrir, réfléchir, penser et rêver ou bien faire du chiffre en meublant une longue suite de publicités par de la musique?

   C'est ça qui compte réellement: la fin et non le moyen!

Voir les commentaires

Étudiantes victimes de drogues en bars et boîtes de nuit

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Il me semble bizarre que l'on prône non-seulement le doute systématique mais qui plus est le scepticisme systématique pour la majorité des sujets de société importants (la CoVid-19, ses vaccins, les vaccins en général, la science, et autres) et qu'on fasse du béni-oui-oui pour d'autres sujets.

   Je veux parler ici des accusations de viols de la part d'étudiantes et de drogues placées dans les consommations aux bars et dans les boîtes de nuit. Je trouve bizarre que seules les étudiantes émettent ces accusations, alors que les bars et discothèques citées sont aussi fréquentées par des 18-24 ans bien roulées mais non-étudiantes, travailleuses, sans-papiers et allocataires sociales. Et à ces trois dernières catégories il n'arrive jamais rien, elles témoignent n'avoir jamais vécu ce genre de choses; y compris les «bombes latines»!

   C'est qu'il y a une grande différence entre les jeunes étudiantes et les jeunes actives: une différence de milieu social, donc de comptes à rendre aux parents. De plus, les bombes latines et autres jeunes actives ont souvent eu l'occasion d'être totale bourrée avant leurs 18 ans, ce qui explique beaucoup de choses croyez-moi.

   En effet, j'ai lu dans les journaux les symptômes rapportés par ces jeunes étudiantes «victimes de la drogue mise à leur insu dans leurs boissons». Euh, excusez-moi mais alors je me permets un #MeToo; ces symptômes sont en effet ceux d'une drogue très connue et très répandue: l'abus d'alcool! Et je les ai déjà eu.

   Et oui, désolé de te le dire l'étudiante prometteuse, mais tu as les symptômes de l'alcoolique de base, de l'ivrogne vomiteur, du clochard!

   Car quand il s'agit de la "drogue du viol" qui est utilisée, tu te souviens strictement de rien, même pas de "flashes" de la soirée, ni de la tête de qui avec qui tu étais, il n'y a qu'un symptôme probant de viol en un tel cas et celui-ci n'est jamais cité par les étudiantes qui allongent la liste des plaintes sur... les réseaux sociaux!

   Bref, Trump a laissé son empreinte sur le monde moderne: «balancez quoi que ce soit sur les réseaux sociaux, il en restera toujours quelque chose». Parce qu'honnêtement un barman qui gaspille sa paie durement gagnée à investir dans une drogue pour finalement n'en retirer aucun profit personnel, c'est un peu irréaliste.

   En effet, dans toutes les plaintes de viol sans exceptions, jamais ledit barman "drogueur" n'est cité; c'est toujours quelqu'un d'autre qui a violé! Mort de rire...

   Mais, bon, finalement il faut laisser la Justice Institutionnelle se faire selon son court normal, ne pas la forcer ni politiquement ni médiatiquement.

   Simplement je m'étonne que cela ne soit jamais arrivé à des bombes latines et autres jeunes travailleuses, toutes aussi bien roulées que ces étudiantes. Mais le fait est qu'une jeune étudiante doit rendre des comptes à ses parents... Ce qui explique sans doute le nombre croissant de témoignages.

   De fait, ces parents petits, moyens, hauts bourgeois, ayant certes évacués l'Église mais pas pour autant la Morale Ecclésiastique («tu ne baiseras qu'avec qui on voudra bien que tu baises»), mettent beaucoup d'espoirs et de fantasmes de réussite sociale dans les études de leurs jeunes filles, même si celles-ci échappent à tout contrôle parental puisque, de fait, vivant en kots.

   Clairement, face à des bombes latines qui ne doivent rien à leurs parents, une jeune étudiante par contre devra se justifier de tout: elle a fumé du joint? «Ah, on m'a droguée», elle doit avorter? «ah, on m'a violée», etc.

   Encore une fois, soit quelqu'un drogue effectivement des étudiantes lors de leurs sorties, mais alors je parierais plus sur un étudiant ou un ancient étudiant que sur un barman qui lui, clairement, même s'il le désirait ne pourrait en tirer aucun profit car il doit travailler, jusqu'à la fermeture, au bar.

   Mais bon, entre comptes à rendre aux parents, inexpérience des effets des alcools, copiage des témoignages les uns sur les autres, disons encore une fois que laissons place à la Justice Institutionnelle et non à la Vindicte Populaire qui aux USA en a occis plus d'un innocent... Personne ne s'improvise enquêteur!

Voir les commentaires

Quand Tshisekedi fait quelque chose de bien il faut le reconnaître!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   On a beaucoup parlé ces derniers temps des révisions de contrats miniers en RD-Congo (RDC, Congo-Kinshasa), d'annulations de concessions minières et révisions de leurs conditions par le Président Tshisekedi. Eh bien, je me dis, en voilà un qui a enfin décidé de mettre le pied dans la fourmilière! En effet, dernières concessions en date à être suspendues sine-die, celles octroyées à la Chine.

   Et ce n'est pas une lubie. En effet, beaucoup de gens parlent de "néo-colonisation" à propos de contrats commerciaux remplis par l'Europe (surtout la France) envers l'Afrique et ces mêmes personnes oublient ou font semblant d'oublier que ce qui se passait avec la Chine n'était pas du "néo-colonialisme" mais bien de la colonisation pure et dure!

   En effet, quelles étaient les conditions de ces "contrats" miniers avec la Chine? La Chine disposait gratuitement des minerais congolais contre la construction promise d'infrastructures en RDC. Or, premièrement, c'est exactement le "contrat colonial" qu'avait passé la Belgique avec le Congo-Kinshasa il y a un siècle, et secondement, la Chine pour ce qui est des infrastructures se contentait de construire les routes qui permettaient d'acheminer les précieux minerais hors du Congo.

   Rien d'autre. Un service à minima donc; auquel il convient d'ajouter les traitements dignes d'esclaves subis par les travailleurs africains (de la part de contremaîtres tout aussi africains d'ailleurs): coups de fouet, etc.

   Bref il semble que Tshisekedi, s'il n'admet pas que les richesses de la RDC soient pillées sans contreparties par les Capitalistes, ne l'admet pas plus des Communistes. Et c'est très bon signe il me semble...

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>