Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sciences

Coronapass ou Covid-Safe-Ticket, pourquoi être contre même (et surtout) si vaccinés?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Comme toujours en politique, les promesses n'engagent que ceux qui y croient! Ainsi l'exécutif (et non le législatif) nous avait dit «non, non, il n'y aura pas de "Coronapass" en Belgique». Et le même exécutif, qui n'est pourtant pas législatif, d'instaurer à peine plus tard un "Covid-Safe-Ticket", exact équivalent. Il faut savoir que je parle ici en tant que moi-même vacciné et que donc je ne défends pas mes propres intérêts mais bien ceux des citoyens, de tous les citoyens mis ensemble dans la même société où ils vivent mais chacun avec leurs libertés.

   À Bruxelles, où les chiffres sont les plus mauvais, il y a 65% de totalement vaccinés pour donc 35% de non-vaccinés. Et ces non-vaccinés pour qui représentent-ils un danger? Les non-vaccinés ne représentent un danger que pour les autres non-vaccinés! Ce qui représente un danger pour les déjà vaccinés est l'ouverture des frontières qui ramène des variants dont des résistants aux vaccins (Colombien not.).

   Ayant bien pris note de cela on découvre donc que si l'État Belge (et Français) pensaient réellement à notre santé, ils n'auraient jamais rouverts les frontières pour l'été 2021.

   Il n'y a dans l'Histoire du Monde qu'un seul Régime où la Santé n'était pas un Droit mais une Obligation (tout comme la Pratique du Sport par ailleurs); c'était le Régime Nazi (National-Socialiste)!

   De fait, la Santé est un Droit et non un Devoir en Démocratie. Ces gens ne se sont pas faits vacciner jusqu'à maintenant; on doute qu'ils le fassent même dans les dix prochaines années. Chacun à ses raisons, aussi idiotes (le vaccin est fait pour tuer) que Nationalistes (j'attends le vaccin français), mais en gros ils ne sont à Bruxelles que 35%. Or on ne gère pas une société en laissant 35% seulement de la population décider de la politique à mener pour les 65 autres pourcent.

   Étant donné la vérité que ces non-vaccinés ne représentent pas un danger pour la majorité vaccinée de la population; un deal, une alternative est à trouver.

   Car même un vacciné peut contaminer. «Pendant un peu moins de temps qu'un non-vacciné» précise le site fédéral d'information sur le coronavirus. Soit pendant 7 jours au lieu de 14 jours. Par ailleurs, il peut contaminer son chien, chien qui peut ensuite contaminer d'autres personnes. Va-t-on demander un test covid pour les chiens qui se accompagnent les vaccinés au bistrot? Je crois que non.

   Le véritable problème part du fait que, bien qu'anti-vaxx (antis-vaccin), ces non-vaccinés attendent du secteur hospitalier des soins identiques à tous. Ou du moins c'est ce que nos États font semblant de comprendre.

   L'alternative au Coronapass et Covid-Safe-Ticket serait alors que le législatif cette fois décide d'une Loi où quelqu'un qui ne s'est pas fait vacciner alors qu'il en avait toutes les facilités et possibilités ne soit pas traité en hôpital mais en ambulancier (à domicile) en cas de contamination! S'il a de la chance et est VIPO, ce sera remboursement total par la mutuelle, sinon qu'il paie le fruit de sa liberté.

   Mais en dehors de cet aménagement aucun Coronapass ou Covid-Safe-Ticket n'est non seulement légitime mais en plus efficace: en effet, comme dit plus haut, un vacciné peut être un porteur contaminant pour les autres!

Voir les commentaires

Georges-Louis Bouchez en plein délire marxiste!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Georges-Louis Bouchez est-il vraiment libéral, non-seulement au sens économique mais également social comme il s'en réclame? Qu'il soit trumpiste, pro-Trump, cela ne se discute pas: depuis son arrivée à la présidence du MR (Mouvement Réformateur [libéral]) se sont fait membres nombre d'anti-vaccins, de Covido-sceptiques, d'antis-police, etc. Mais force est de constater une dérive franco-communiste-soviétique de l'époque du PCF (Parti Communiste Français) chez ce fameux Georges-Louis Bouchez.

   D'abord car il confond l'Histoire de la Belgique avec celle de la France; notamment en ce qui concerne la formation de l'État Laïque. Non, contrairement à la France et à ce qu'affirme le business-class à la gueule de clochard qu'est Georges-Louis Bouchez, la laïcité en Belgique ne s'est pas construite contre l'Église Catholique. Simplement, en Belgique nous avions une première Constitution qui déclarait que «la Belgique est un pays Catholique» alors que dans le même temps le premier Roi Léopold Ier était Protestant! Ensuite, assez rapidement après notre indépendance, sont arrivés une masse considérable de travailleurs immigrés notamment du Maghreb. Il aura donc fallu prendre en compte la nouvelle présence musulmane.

   Donc si en France la laïcité s'est construite par opposition et exclusion, en Belgique elle s'est construite par addition et inclusion! Différence qui semble échapper à l'imaginaire du pétillant nouveau président du MR.

   Tant et si bien que j'ai personnellement connu jusque moitié des années 1990's les repas halal à l'école secondaire publique. Le principe étant que les repas chauds à l'école devaient permettre aux familles défavorisées d'offrir au moins un repas chaud par jour à leurs enfants; y inclus les pauvres musulmans ou juifs donc! Ce n'est que tout récemment, et pour des motifs très matérialistes voire nauséabonds néo-nationalistes, que cela est devenu un problème.

   Ensuite, il n'est pas libéral socialement car selon lui tout individu (ou en tout cas certains individus comme je l'expliquerai plus loin) doit être au service non de sa propre liberté en accord avec la liberté des autres, mais doit être au service de la liberté d'entreprendre des entreprises; c'est-à-dire que le bon peuple est le Prolétaire directement productif! «Tous au Travail», crie-t-il.

   N'est-ce pas un peu une vision du Peuple Communiste Soviétique?

   Et de surfer sur les contingences de l'actualité. Ainsi certains auditeurs patrons, ou connaissant des patrons, de la RTBF de donner raison à Georges-Louis Bouchez sous fond de ce qu'il faut bien nommer "poujadisme" et "mythes urbains".

   Ainsi, depuis la crise de la COVID-19 nombre de patrons s'imaginent que tous les chômeurs gagnent sans rien faire minimum 1300 € (mille trois-cent euros)! Euh, excusez-moi mais le Double Droit Passerelle était bien un Double-Droit et non un Simple-Droit. C'est-à-dire que ces patrons ne se sont pas retrouvés au chômage pur et dur mais bien au chômage technique ou économique. Or, évidemment, au chômage technique et économique le but est de garantir au travailleur temporairement sans-emploi suite à des contingences s'imposant tant au travailleur qu'à son entreprise employeuse un revenu proche de son salaire, bien que plafonné.

   Par contre au chômage strict, le chômeur gagne 900 € (neuf-cent euros) s'il est isolé, 500 € (cinq-cent euros) s'il vit avec quelqu'un et 1100 (mille cent euros) s'il a des enfants à charge. Seul l'acceptation d'une mise au travail par voie d'ALE (Agences Locales pour l'Emploi) en temps limité et payé 8 à 9 € par heures permet de gagner plus. Il s'agit donc bien là de montants maximaux.

   Et puis s'il y a des patrons ou des travailleurs qui imaginent les chômeurs aussi riches qu'eux; qu'ils démissionnent et mettent la clef sous la porte s'ils y croient vraiment à ce qu'ils disent!

   Preuve que tout cela n'est que de la propagande opposant lumpen-prolétariat et prolétariat productif, c'est-à-dire selon une logique socialiste-marxiste...

Voir les commentaires

Tu parles beaucoup mais tu fais pas grand chose...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors récemment j'ai entendu une phrase d'un gros bourgeois «en vacance ici avec ses deux enfants», qui sortait tout de go l'argument de ceux qui n'en ont pas: «il y en a beaucoup qui parlent mais personne ne fait rien!».

   Eh bien, c'est que justement il y a des gens payés exprès pour beaucoup dire et ne rien faire. Et dans beaucoup de métiers. Je pense en premier aux journalistes, chroniqueurs, éditorialistes et autres dont raffolent justement cette sorte de bourges. J'y pense en premier car qu'est-ce qu'un blog sinon un recueil d'éditoriaux écrits qui plus est par quelqu'un qui n'a pas la chance d'être payé pour le faire? Et ces journalistes sont grassement payés; par nos impôts pour le Service Public (et les journaux de presse écrite ici en Belgique), par notre redevance télé et télédistribution auprès d'un cablo-opérateur pour le privé. Il ne vient pourtant à personne l'idée de dire «tiens, encore un qui parle beaucoup et ne fait rien», au contraire on s'en gave en famille.

   Ensuite il y a les professeurs d'universités et hautes-écoles et... les politiciens! Les politiciens en effet parlent beaucoup, signent de grandes déclarations (COP-21 par exemple), jurent de respecter la Constitution (séparation stricte du rôle de l'exécutif et du législatif), mais ne font rien de tout ce qu'ils ont dits.

   Ce qui me permet d'aborder un autre point ici, la déclaration pleine de sens certes de Georges-Louis Bouchez à propos de l'inadéquation entre formation et offres sur le marché de l'emploi. C'est connu: il y a trop de diplômés alors que les offres d'emplois demandent avant tout des techniciens et ouvriers qualifiés.

   Mais ayant dit cela, Georges-Louis Bouchez et tous les bourgeois qui votent pour lui pensent-ils inscrire leurs enfants (bien plus nombreux que les enfants de paumés) en école secondaire Technique-Professionnelle? Je crois bien qu'au contraire ils continuent malgré l'évidence statistique à les diriger vers des études universitaires. Car, même sans emplois, leurs enfants seront au mieux rentiers, au pire artistes ou intellectuels.

   Ce qui explique tout le sens de l'image prise en illustration: la couverture de l'album Nevermind de Nirvana sorti en 1991. À savoir qu'on nous répète que la valeur sûre de nos sociétés serait le travail. Le travail, vraiment? Comme déjà écrit ici, on ne reproche pas à un rentier de ne pas travailler et à un intello ou artiste installé de ne vivre que de sa salive déversée.

   La valeur de nos sociétés? La seule qui permette l'intégration? Avoir de l'argent, et pire, avoir de l'argent en trop donc à gaspiller! Qui n'a pas ça, de quelque manière que ce soit, légalement ou illégalement, en travaillant ou en dormant, ne peut s'intégrer et donc ne peut trouver une petite-copine (et donc risquer d'avoir une descendance). C'est la base du Darwinisme Social!

   Mais ce darwinisme social voulu par le capitalisme pourrait bien se retourner contre le même capitalisme. Car les prolos faisant un à deux enfants maximum (si c'est pas zéro) contre trois à cinq pour les bourgeois; au bout du compte ce seront les fils de bourgeois qui devront aller ramasser eux-mêmes les poubelles et nettoyer la rue!

   Et je reviens ici à un article sur les réfugiés. J'y écrivais que les mouvements pro-sans-papiers étaient dirigés exclusivement par des fils de bourgeois et qu'ils étaient tous pour l'accueil via régularisation plutôt que via statut réfugié. Justement: c'est que ces bourgeois n'ont pas du tout envie d'aller ramasser les poubelles, donc pour remplacer le Peuple éliminé par le darwinisme social il convient de régulariser des étrangers pour faire ce sale boulot...

   Bref tout tient l'un dans l'autre et si la théorie d'Adam Smith de la "main invisible" n'a pas fait ses preuves en terme de régulation des Marchés, elle fait ses preuves en politique!

Voir les commentaires

Le test sociologique européen grandeur nature: les résultats!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Entre les années 2020 et 2021 a été réalisé un test sociologique et de politologie appliquée en Europe. Les résultats sont parlants. Ainsi on découvre que l'ensemble des populations européennes admettent que les lois ne doivent plus forcément être décidées par le Parlement et les députés pour qui on a voté (le législatif) mais peuvent être décidées par un seul homme, président de Parti ou de République, par un groupe d'hommes, présidents de partis, ou par l'exécutif, ministres.

   L'ensemble de l'Europe, sauf les Pays-Bas, admet également aisément que la majorité de la population soient contre ces lois et que la presse relaie à flot continu le mécontentement de la population, mais que ces lois soit se durcissent soit continuent en l'état à être appliquées.

   Cette étude sociologique et politologique démontre donc que la Liberté d'Expression et de la Presse n'est pas un facteur suffisant pour garantir une démocratie et n'a donc pas besoin d'être écrasée pour garantir la stabilité d'une éventuelle dictature.

   Elle démontre également que, probablement suite à l'arrêt du Service Militaire ou Civique, contrairement à la Seconde Guerre Mondiale, hormis en Hollande, si tout le monde est prêt à critiquer personne n'est prêt à résister de manière démonstrative et efficace contre une prise de pouvoir dictatoriale; même pour conserver ses intérêts propres!

   Ce sont là les deux principaux enseignements (et les plus intéressants) de cette étude. Il convient maintenant de retracer le cadre de cette étude qui a été menée grandeur nature sur 100% de la population européenne, et non pas seulement sur un échantillon dit "représentatif".

Contexte de l'étude:

   Un danger réel (ou suffisamment perçu comme réel) survient. Dans le cas de l'étude sociologique le danger utilisé était celui bien réel du nouveau virus chinois SRAS-CoV-2 (ou SARS-CoV-2) provoquant la CoViD-19.

   Des mesures doivent bien évidemment être prises. Mais parmi tout le lot de mesures utiles et nécessaires sanitairement on a glissé une mesure inutile au niveau sanitaire mais utile à l'étude sociologique.

   Cette mesure était le Couvre-Feu. En effet, son inutilité sanitaire ne fera aucun doute chez aucun médecin: un tel virus se propage de facto moins la nuit (peu d'endroits publics ouverts, beaucoup moins de monde en rue, pas de transports en commun, etc.) que le jour. Mais cette mesure était sociologiquement importante pour en arriver aux conclusions de l'étude menée ainsi en Europe.

   Car, de fait, hormis aux Pays-Bas, toutes les populations européennes l'ont suivie très majoritairement. Certes on a râlé, certes les médias se sont fait le relais de la grogne populaire, mais cette mesure aura tenue pendant plusieurs mois et si elle s'est arrêtée ce n'est nullement grâce aux européens mais bien parce que les groupes d'hommes cités plus haut ayant kidnappé le pouvoir au législatif en ont décidés ainsi!

__________________________________

 © $  Je dédie cet article aux trop nombreuses victimes de Marc Van Ranst, dont la plus jeune était une adolescente de 14 ans retrouvée suicidée, comme beaucoup d'autres personnes par ailleurs, suite aux mesures de confinement.

Voir les commentaires

Wuhan: et si (certains) complotistes avaient raison?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, moi je suis rationnel, mais le fait est que dans nos sociétés (dérive chinoise?) plus rien n'est scientifique, tout est politique. De telle sorte que pendant des mois les scientifiques occidentaux nous ont mentis sur ce qu'ils pensaient vraiment!

   En effet, Donald Trump était fervent défenseur de la thèse qui attribuait la pandémie de Covid-19 à une erreur de manipulation dans un laboratoire P4 proche de Wuhan (il y en a trois à proximité de cette grande métropole). Mais comme c'était Trump qui le disait, il était alors de bon ton de démentir parmi les scientifiques. Et leurs explications quant à l'impossibilité d'une fuite accidentelle du coronavirus hors d'un laboratoire P4 étaient exactes!

   Mais voici que cette thèse est aussi un dada de Joe Biden, et comme c'est Joe Biden qui le dit, cela redevient à la mode.

   Personnellement je ne vois pas pourquoi les explications rationnelles d'avant ne seraient plus valables aujourd'hui. Pourtant nombre de scientifiques viennent de s'exprimer dans deux revues: Science et Le Monde en revenant sur leurs doutes.

   Pour moi qui ait lu des articles dans l'ancien Science & Vie dès ma jeunesse sur les laboratoires P4, il me semble extrêmement improbable, voire impossible, qu'un agent biologique quelconque sorte accidentellement d'un tel laboratoire. Accidentellement, oui, c'est impossible; mais volontairement? Là tout n'est plus si impossible.

   En gros on aurait mieux voulu faire que l'on aurait pas pu: combien de milliards d'euros aura-t-il fallu investir en "routes de le soie" pour imposer le modèle politique chinois au monde entier? Zéro, un virus aura suffi!

   En effet, voici nos démocraties s'effritant à la fois par le souci d'hygiène de nos gouvernants et à la fois par la mauvaise compréhension de ce qu'est la Démocratie des nouvelles générations. Des Droits sans Devoirs: tant les gouvernants que le Peuple en réclament. Face à une telle brèche, on devine l'intérêt pour la Chine de pousser.

   Et puisque ces scientifiques expliquaient avec des arguments justes et justifiés l'impossibilité d'une pandémie occasionnée par une erreur de laboratoire, force serait de conclure qu'il ne saurait s'agir d'une erreur!

Voir les commentaires

Discours de 1er Mai, fête des travailleurs et non "fête du travail"!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Tout d'abord je tenais à signaler ici que le premier Mai est bien "la fête des Travailleurs" et non pas "la fête du travail". Pourquoi fête-t-on les travailleurs (et travailleuses) le 1er Mai? Cela provient des USA: un premier Mai eût lieu un massacre de travailleurs assistant à un meeting en pleine rue. Et aux USA comme dans l'ensemble des Amériques (latine également donc) on parle bien du "workers day", "dia dos trabalhadores", "jour des travailleurs" et non de jour du travail.

   Alors on sait que la gauche et l'extrême-gauche marxistes se sont  réappropriés cette fête. Et justement je tenais ici à réfléchir sur un point précis, qui a à voir avec la critique de l'Homme Unidimensionnel, critique proprement existentialiste reprise plus tard par les situationnistes (ces derniers malgré tout restant dans une vision unidimensionnelle de l'humain). En un mot: «la gauche sauvera-t-elle le travailleur?».

   De fait Engels et Marx, lorsqu'ils observent et réfléchissent au bonheur des travailleurs et à leur avenir, le font à partir de ce qu'ils peuvent voir du quotidien du travailleur du tout début du XIXe Siècle, début des années 1800.

   Soit un ouvrier et une ouvrière travaillant 16 heures par jour et ne faisant que travailler, manger, baiser et dormir.

   Les Communistes dès lors n'imaginent qu'un seul bonheur pour le travailleur: posséder le boulet auquel il est enchaîné! Pouvoir en choisir la couleur sans pour autant en être débarrassé ne fut-ce qu'un instant.

   En effet, les Communistes, malgré la critique marxiste de l'aliénation de la marchandise, ne pensent nullement en revenir à l'artisanat (à l'avant-révolution industrielle), aux PME, etc. Au contraire ils gardent l'industrialisation pourvu que la machine appartienne à l'ouvrier. On voit bien la bêtise que cela constitue.

   L'apparition dans les démocraties capitalistes du découpage de la journée en trois temps de 8 heures: 8 heures de travail, 8 heures de loisirs et 8 heures de sommeil, signera la fin du Communisme même s'il a mis du temps à s'effondrer.

   En effet, le communisme conçoit les purs loisirs comme une chose "bourgeoise". S'ils découpèrent à leur tour les journées en trois 8, les heures dévolues dans le monde occidental bourgeois et "décadent" aux loisirs devaient servir selon l'URSS, la Chine, Cuba, la Corée du Nord, etc. à la "formation marxiste par le Parti, par les Soviets". Seule la lecture de Marx est acceptable comme occupation hors travail et sommeil pour le communisme.

   C'est que le communisme, Marx et Engels, n'ont qu'une vision unidimensionnelle de l'humain. L'Homme n'a qu'une dimension: celui de sa classe sociale. Il n'y a que des travailleurs et des patrons, rien d'autre au monde!

   Or, voici que soudain, et grâce à la lutte des travailleurs dans ces pays, les loisirs naissent dans les démocraties capitalistes. Dès lors je suis, comme le notent très bien et Van Vogt dans ses cours de sémantique et Jean-Paul Sartre dans ses traités d'existentialisme, obligé de ne plus seulement dire "untel est ouvrier" mais bien "untel est ouvrier... entre autres choses".

   Car dès lors je ne suis plus seulement travailleur, mais aussi guitariste, bricoleur, informaticien, DJ, pêcheur, motocycliste, cycliste, joueur de basket, de jeu d'échecs, etc. Et pas seulement par mon métier mais en plus de mon métier!

   L'homme devient pluridimensionnel, multidimensionnel et se libère ainsi de son uni-dimensionnalité.

   Et si c'est gênant, cette nouvelle liberté du travailleur, pour le Communisme c'est que le marxisme ne voit qu'un type de lien social admissible: celui de la classe sociale. Or les liens sociaux créés par les loisirs sont de facto inter-classes-sociales, les dépassent.

   Mais ils n'en sont pas pour autant, contrairement à ce que fait le marxisme, à rejeter dans la poubelle des choses inutiles.

   Ces loisirs, premièrement, apportent un équilibre mental. Et ensuite ils permettent à l'humain de se dépasser, de découvrir de nouvelles choses d'ordre sportives, artistiques, mais aussi scientifiques et techniques!

   Je dirais que l'oeuvre de Karl Marx et d'Engels sont elles-mêmes issues "des choses inutiles et bourgeoises capitalistes", de l'activité de l'observation intellectuelle non-productrice de valeur marchande.

   Bref soyez multidimensionnels pour être des travailleurs libres!

-------------------------

 

   On pourrait penser que ce discours de premier Mai était du vide, de pures considérations intellectuelles sans importance pour la vie réelle, la civilisation humaine, le développement. Or voici que je vais m'atteler ici à la tâche nécessaire de démontrer en quoi cette pluridimensionnalité de l'humain telle que vue par les démocraties capitalistes (USA dans mon exemple) permet un développement civilisationnel exponentiellement plus élevé qu'une vision d'homme unidimensionnel - prolétaire et rien que prolétaire - (URSS dans mon exemple).

   Je veux parler du progrès technologique, une forme de progrès qui touche tout DJ ou MC.

   On pensera bien évidemment à la Course vers l'Espace. Certes, à l'époque, le productivisme étant de mise tant à l'Ouest qu'à l'Est, la notion de "loisirs" étant encore largement absente de la société d'avant 1960 (les Golden Sixties arriveront mais bien plus tard que de ce que nous allons évoquer ici), il y avait donc égalité entre les "deux blocs".

   Tant et si bien que la rigueur propre au productivisme soviétique permit à l'URSS de prendre une grande longueur d'avance: Spoutnik, le premier satellite artificiel, émettant par voie hertzienne un bip-bip continu pouvant être entendu sur l'ensemble de la planète dont il faisait le tour quotidiennement, était on peut le dire la toute première pièce du puzzle technologique moderne et fort bien réussie!

   Les USA mirent du temps à rattraper le retard et c'est presque par un pur hasard qu'ils furent les premiers à mettre les pieds sur la Lune en 1969 avant l'URSS. Bref, malgré cette dernière victoire américaine les soviétiques avaient tout pour être fiers de leur prolétarisme outrancier.

   S'ouvre alors une seconde ère de développement technologique. Après avoir rêvé aux petits martiens tout vert, on rêve au Cyborg, à l'Intelligence Artificielle, au robot humain. C'est l'ère de la Révolution Informatique.

   Et en ce domaine, l'URSS autrefois si habile est à la traîne, les USA percent bien plus vite, bien trop vite même. C'est sans doute ce qui précipitera la nomination de Gorbatchev à la tête de l'URSS par le Parti Communiste.

   À quoi cela peut-il bien être dû? C'est qu'entre la Conquête de l'Espace et la Révolution Informatique, du moins en démocraties capitalistes, l'homme est devenu un consommateur de loisirs mais qui dit loisirs ne dit pas que consommation mais également création à partir du consommé... L'homme a quitté l'ère unidimensionnelle.

   Des grands ingénieurs, à l'Ouest comme à l'Est, dessinent de manière très sérieuse et carrée les plans des futurs premiers ordinateurs "à la chaîne"; des ordinateurs qui tant à l'Est qu'à l'Ouest sont destinés à l'usage de la seule administration.

   Et voici qu'aux USA, des gens, souvent universitaires, souvent excentriques, ont l'idée d'utiliser les circuits imprimés, base de l'informatique industrielle, pour leurs loisirs.

   C'est en quoi réside la supériorité de l'économie capitaliste que d'oser imaginer que puisque il y a des gens que ça intéresse l'informatique, fut-ce pour jouer au ping-pong sur un écran, et bien on va créer un ordinateur familial, les premiers PC (Personnal Computer, Ordinateur Personnel): IBM puis Apple.

   Dans l'économie marxiste on imagine mal gaspiller de l'effort pour produire une machine qui permette de jouer au ping-pong sur écran plutôt que sur table concrète et qui ne serve pas à du plus "utile".

   Autres points forts du capitalisme démocratique: la libre entreprise et la propriété privée (et non collective). Commençons par le second item.

   En URSS quel aurait été, à imaginer que le modèle de Karl Marx ait été suivi scrupuleusement (Lénine le cita mais se garda bien de le réaliser) donc qu'il y en ait eu un, le vote d'un Soviet de constructeurs informatiques pour savoir si on pouvait littéralement péter un ordinateur pour le transformer en éventuelle (car ce n'est là qu'une expérience) future première carte son de l'histoire de l'informatique? Je crains que le non l'ait emporté: pourquoi vouloir qu'un ordinateur joue de la musique ça sert à rien, le tourne-disque le fait si bien!

   La propriété privée me permets de me passer du vote d'un quelconque poussiéreux Soviet, j'ai un ordi, j'ai une idée, donc je le fais.

   Sans cela l'avenir de nombreux DJs à travers le monde eût été fort compromis...

   Du coup on comprend mieux le second item: la liberté d'entreprendre en dehors de tout contrôle étatique: j'ai eu l'ordi, j'ai eu l'idée, je vends ce que j'ai trouvé et ça financera d'autres découvertes.

   Bien évidemment j'ai pris l'exemple (réel) de l'invention de la carte son car il s'agit ici d'un blog de DJ/Producer surtout DJ depuis qu'il a découvert qu'il était piètre "producer".

   Mais en fait en matière de Révolution Informatique, l'URSS sera à la traîne de tout: du PC, de la connectivité entre plusieurs systèmes d'exploitations différents, de l'Internet... et même du hacking où il faudra attendre l'effondrement de l'URSS et l'établissement du capitalisme pour qu'en ce domaine au moins ils émergent!

Voir les commentaires

Le sacrifice belge de l'enseignement francophone

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors que l'enseignement (supérieur, mais aussi de facto secondaire) francophone belge est déjà largement déficient, la Ministre Communautaire Caroline Désir y enfonce le glaive avec son mot d'ordre de (bon elle l'a pas dit comme ça mais ça revient au même): «laissez passer»!

   Quand je dis que l'enseignement supérieur francophone belge est déjà au plus mal, je me base sur une étude internationale de classement des universités à travers toute la planète. La première université belge est néerlandophone, sont néerlandophones, et se classent dans les 200 premières du monde. La première université francophone, l'ULB pour ne pas la nommer, se classe non-seulement en dessous des 200 premières du monde mais en plus en dessous également de la première université du continent d'Afrique, celle de la capitale du Zimbabwe.

   Quand je pense que des potentats et leurs fonctionnaires africains envoient leurs enfants étudier en Belgique (et à l'ULB justement), alors qu'ils pourraient être bien mieux formés et à moindre prix au Zimbabwe, c'est à mourir de rire!

   Et voici donc que Caroline Désir vient achever la farce avec sa "pitié après le Covid-19" et son mot d'ordre de «soyez cléments» lancé aux professeurs pour les examens de fin d'année 2021. Ce n'est vraiment pas rendre service aux étudiants.

   Car maintenant tout le monde le sait: Diplôme 2021 = Diplôme Donné! C'est-à-dire que ça vaut plus rien. Dès lors à quoi doit-on s'attendre? À l'établissement, comme dans les pays du Tiers-Monde, d'examens sélectifs d'embauche dans les grandes entreprises. Également à des examens d'entrée dans les universités, y compris ULB, dès la rentrée d'Octobre 2021. Et si pour une raison de mobilisation étudiante de tels examens d'entrée généralisés (et donc plus seulement en médecine ou ingénieur du son) sont empêchés, alors il faudra s'attendre à un examen de première année en Juin 2022 du type Metal Hardcore qui fait peur même au Diable!

   Hormis cela, j'aurais bien entendu pas mal d'autres remarques quant à l'enseignement francophone supérieur et secondaire que j'ai qualifié de "déjà pourri" dans son système. Il conviendrait ainsi de cesser avec le soi-disant modèle "classique" du secondaire général par défaut suivi obligatoirement d'études supérieures. Le technique-professionnel est qualifiant, plus que le général en tout cas, et il se fait qu'en Belgique on a beaucoup plus besoins de techniciens que de diplômés.

   Il y a de fait trop de diplômés par rapport à la demande sur le marché de l'emploi et pas assez de techniciens.

   Quand par ailleurs on sait que des écoles réputées "bonnes" n'offrent pas de cours d'informatique jusqu'à au moins la 5 secondaire, et parfois pas du tout, alors que la simple école publique dans les années 1985 à 1995 en proposait au minimum dès la 1è année de secondaire... Alors que de l'informatique généralement n'importe quelle école technique-pro en propose dès la 3è, c'est-à-dire dès la première année de qualification!

   Mais bon, ce problème de Caroline Désir qui "donne" les diplômes est déjà assez choquant en soi pour ne pas parler plus ici...

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>