Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

De l'utilité du CoViD-19 pour le contrôle de la population

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

Ajout pour l'historienne qui ne suit pas l'actualité ni politique ni sociale: effectivement si l'on ne suit pas les règles on ne risque pas de finir fusillé; on risque juste de finir mort dans sa cellule après arrestation ou bien alors de se ramasser une amende telle que pour beaucoup de bruxellois cela signifie la même chose que pour moi à savoir que j'écris cet article sous Linux mais une fois sous les ponts je n'aurais plus l'occasion d'écrire quoi que ce soit sur le web!

______________________________

   S'il faut bien évidemment prendre des mesures pour contrer la propagation du coronavirus chinois, il est des mesures utiles et d'autres totalement inutiles rappelant par ailleurs un lourd passé historique européen (l'Occupation Allemande, l'Occupation Nazie).

   Je l'ai déjà dit: on pouvait laisser tout ouvert, coiffeurs, bars, restaurants, discothèques même, à la condition unique de fermer strictement nos frontières nationales! C'est exactement ce que la Suède avait fait. Jusque fin Juin la Suède connaissait des taux de contaminations, hospitalisations et décès presque inexistants comparés aux autres pays de l'Union Européenne. Et après? Et après, vers fin Juin, à la demande le l'UE, ils ont rouvert leurs frontières! C'est donc tout logiquement dès Septembre que tout a dérapé en Suède!

   Mais, une mesure totalement absurde et qui prouve que nos pays sont des pays de "Rats de Laboratoire Sociaux", est le couvre-feu. En effet, ce coronavirus est-il plus transmissible la nuit que le jour? Pas plus que le virus du SIDA et donc on voit bien là l'absurdité d'une telle mesure faite juste pour tester le "jusqu'où peut-on aller avec nos populations?".

   Justement, si je ne crois pas que ce virus soit une "construction" comme pensent certains complotismes, je reste néanmoins intimement persuadé que "l'occasion fait le larron"!

   Ainsi, il y a presque un an je pronostiquait le retour des militaires en rue! Eh bien maintenant c'est fait puisque si l'on a bien noté la grande présence policière lors de la manifestation contre les mesures CoViD à Bruxelles, on oublie souvent de dire qu'il ya avait également une présence de militaires pour contrôler ladite manifestation!

   Présence de militaires et de policiers à chevaux! A ce propos, lorsqu'un animal sert d'arme je ne vois plus un être vivant mais une arme. Donc un tel animal, servant d'arme, doit être abattu - neutralisé dirons-nous -!

   Bref voici ma vidéo sur les événements de Hollande: ces gens ne sont ni des casseurs ni des voyous, ce sont des gens qui méritent la Légion d'Honneur!

Voir les commentaires

Vaccins anti-CoViD-19, la brèche ouverte par le manque de logique

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Quelque chose d'ahurissant s'est produit lors de l'annonce par Pfizer / BioNTech du résultat de leurs recherches sur leur vaccin. Et cela me vient soudainement à l'esprit.

   Rappelez-vous: les résultats de l'étude de Pfizer & BioNTech déclarait clairement que «l'immunité totale est atteinte 21 jours après une injection et 8 jours après une seconde injection»; seconde injection effectuée justement 8 jours après la première si aucune réaction allergique ne s'était déclarée.

   Donc il faut savoir lire clairement que: donner une seconde injection après 21 jours ne sert à rien car l'immunité est déjà acquise 21 jours après une première injection! Si je veux plus de sécurité je peux, si aucune réaction allergique ne s'est déclarée chez le receveur du vaccin, effectuer 8 jours après la première une seconde injection ce qui conférera une immunité en 16 jours après la première injection (soit 8 jours après la seconde).

   Mais c'est pour sûr! Dans quelle école de logique sont donc allés non-seulement nos politiciens mais également nos médecins? Car le jour même où ces résultats étaient pourtant clairement énoncés, on a vu à la télé un panel de "spécialistes" parler de «deux doses à 21 jours d'intervalle»!

   Et aussitôt, loi du marché oblige, Pfizer loin de démentir s'engouffrait dans la brèche commerciale créée par cet illogisme si typiquement européen (quand je disais que notre civilisation était en pleine décadence cela se remarque clairement je pense).

   Quelle aubaine: pouvoir vendre le double de doses nécessaires!

   Et évidemment, toutes les autres entreprises pharmaceutiques (Moderna, AstraZeneca, etc.) se sont engouffrées dans la même brèche commerciale du "deux doses".

   S'il y a bien des vaccins où deux doses seront obligatoires, tels ceux développés par Pasteur et Sanofi-GSK, cela ne signifie nullement que tous les vaccins doivent nécessairement comporter deux doses, en tout cas pas si la seconde dose est administrée après la période d'immunisation d'une seule dose, cela me semble pourtant d'une évidence type problèmes de robinets à l'école primaire...

   Et pour preuve j'en veux l'exemple récent du Royaume-Uni qui face à une forme plus virulente de SARS-CoV-2 demandait à Pfizer si afin de vacciner plus largement et plus vite on pouvait espacer les deux doses de plus de 21 jours. Pfizer n'a pas hésité une seule seconde: «oui, sans aucun risque» en fait ils auraient été plus honnêtes en déclarant que «une seconde dose du vaccin Pfizer après 21 jours est inutile d'ici au moins un an-et-demi à deux ans»...

Voir les commentaires

La prise du Capitole, typique du trumpisme?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   La récente "prise du Capitole" est présentée souvent comme un événement lié à la personnalité de Donald Trump, comme une "exception trumpiste". Pourtant à bien y regarder nous pouvons voir que ce type d'événements n'a rien à voir avec le trumpisme en particulier mais est constitutif même de la République, ou plutôt des républiques en général.

   En effet, le modèle républicain croit bon de se doter d'un "Chef", un Président, qui contrairement aux monarchies n'est pas un arbitre entre le gouvernement et les intérêts de la Nation vus comme intérêts de la population ou autres.

   Or, il arrive, et cela n'est absolument pas typique du trumpisme mais l'explique, que ce Président, ce Chef, se sente comme "ayant de par son action Sauvé la Nation", donc Sauveur.

   Il est donc dès lors naturel que quelqu'un qui se sente "Sauveur Providentiel" n'aie point du tout envie de céder le Pouvoir, non par caprice personnel mais bien car il est intimement persuadé que seul lui-même sache assumer la tâche de continuer à sauver le pays.

   Cela est le réflexe commun aux dictatures communistes et nationalistes. Tels la Corée-du-Nord, la Chine, Cuba, l'ex-URSS, etc. Tels l'Iran. Et tel peut être le cas de la France tant en cas de victoire des Insoumis que du Rassemblement National. Tels les pays africains aussi par ailleurs.

   On comprend donc que loin d'être un événement exceptionnel du trumpisme, il s'agit de la tendance naturelle des Républiques lorsqu'elles passent entre les mains d'un "Sauveur"...

Voir les commentaires

Quand les vaccins quittent le domaine scientifique pour se politiser

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   À peine annoncé, le vaccin contre le CoViD-19 a quitté la sphère scientifique pour rejoindre la sphère politique; en tout cas dans les mouvements extrémistes nauséabonds tant de l'extrême-gauche que de l'extrême-droite. On peut désormais parler d'une alliance objective des deux extrémismes en un "extrême-centre" prophétisé il y a des années sur mon ancien blog "gueux-royalistes" et concrétisé en Italie lorsque le Mouvement 5 (cinq) étoiles s'alliait avec la Ligue du Nord.

   Concrétisé également, mais là depuis plus longtemps encore, dans les mouvements LGBTQIA+ avec comme illustration la partouze de 25 personnes au centre de Bruxelles réunissant gauchistes anarchistes, communistes et nationalistes, récemment.

   Ainsi on nous parle de "l'industrie pharmaceutique". Oui da, mais camarade sous le communisme aussi il y a des industries, et pharmaceutiques également, ainsi la Chine et "son" vaccin. Industries de capitalisme d'État et non privé certes, mais industries quand même! L'URSS n'a eu de cesse de développer ses industries, de Lénine jusqu'à Gorbatchev. Je ne vois pas le problème.

   Partant de là divers délires se font jour; qui sur un virus inexistant, inventé de toutes pièces, qui sur un virus développé en laboratoire.

   Mais bon, revenons au vaccin, aux vaccins en fait.

   Avant d'en voir le triomphe de l'industrie pharmaceutique, j'en vois personnellement pour le fameux Pfizer-BioNTech, le triomphe de l'intégration des immigrés en Allemagne. En effet, le vaccin ici cité est l'aboutissement de la recherche d'un Turc-Allemand sur des traitements sur mesure pour les cancers, et principalement si je me souviens bien la leucémie.

   D'où le fait qu'il s'agisse d'un vaccin à ARN-Messager (mais qui n'est pas de la thérapie génique pour autant). L'autre vaccin du même principe, celui de Moderna, a été développé certes par une firme américaine mais présidée et dirigée par un chercheur français.

   Donc avant d'y voir «le succès de l'industrie pharmaceutique» comme aime à le dénoncer cet extrême-centre, j'y vois surtout le succès d'un monde ouvert, multiculturel, multi religieux et multi idéologique, non-monolithique et non-fermé contrairement à ce que prônent les deux pôles de l'extrême-centre.

   Disons que dans les faits c'est plus ce dernier succès qui les agace et que toute la glossique sur "l'industrie pharmaceutique" n'est qu'une excuse sinon ils l'auraient sortis dès l'annonce du vaccin Russe (Spoutnik V, très bon vaccin: 95% d'efficacité) ou Chinois.

   Vaccins que j'ai toujours défendus, m'étonnant souvent du fait que l'Europe ne trouve pas bon d'acheter l'un des deux.

Voir les commentaires

Mesures COVID-19 de fin d'années et coiffeurs...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, ce vendredi 27 novembre 2020 le CNC (Conseil National de Concertation, remplaçant l'ancien CNS, Conseil National de Sécurité) de Belgique a décidé d'assouplir les mesures pour les secteurs commerçants à haute rentabilité (tous les commerces jusqu'ici jugés non-essentiels) mais, d'un autre côté, a décidé de maintenir la fermeture de ce qui est jugé non-essentiel (l'hygiène c'est vrai que c'est pas essentiel finalement) tels les coiffeurs!

   Et une image m'interpelle: celle de tous ces politiciens qui nous l'annoncent et qui malgré plus d'un mois de fermeture des coiffeurs affichent une coupe de cheveux on ne peut plus "citizen" digne des magnats de Wall-Street!!!

   Mais que vais-je donc imaginer là? Voyons! Eux? Eux, faire appel à du travail au noir et peut-être même de la part d'immigrés sans-papiers? Eux? Non, certainement jamais!

   Quoiqu'il en soit le journal La Libre titrait sur les bénéfices économiques de l'immigration, qui rapporte plus qu'il ne coûte. On pourrait largement faire le même commentaire sur le travail au noir.

   Car qui dit coiffeurs fermés, dit qu'ils ne peuvent pas non plus exercer à domicile. Or, comme je l'ai déjà fait remarquer, en voici des ministres bien coiffés!

   Dès lors on se demande pourquoi le MR et l'Open-VLD luttent tant contre les travailleurs au noir, eux qui y font appels.

   Mais bon, c'était juste une petite réflexion, un "arrêt sur image".

Voir les commentaires

Ma réponse à Paul Magnette sur ses dites préoccupations sociales de crise sanitaire

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

Ma réponse à Paul Magnette sur ses dites préoccupations sociales de crise sanitaire
Ma réponse à Paul Magnette sur ses dites préoccupations sociales de crise sanitaire

Voir les commentaires

Des interversions systématiques comme signes de reconnaissance éventuels

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, il y a des choses qu'on ne peut s'empêcher de remarquer. Dont des interversions systématiques.

   En effet, lorsqu'un texte ne contient pas d'erreurs ni orthographiques ni de grammaire, même dans les mots les plus techniques, mais ne contient qu'un seul et unique type d'erreurs qui en plus est systématique et sans exception à chaque fois que l'occurrence se produit (et sachant que ces textes ont été écrits en général sur une application contenant un vérificateur orthographique et de grammaire [mais là c'est vrai moins souvent]), on peut se poser des questions sérieuses.

   Le premier type d'erreurs remarqué est l'interversion entre la finale de conjugaison "é" et "er". Erreur systématique, non pas aléatoire comme devrait l'être une erreur véritablement non-voulue.

   Second type d'erreurs, remarqué lui dans le milieu des fonctionnaires: l'interversion entre "public" et "publique". Ainsi on peut lire «l'argent publique» au lieu d'argent public et «école public» au lieu d'école publique.

   Sachant que quasiment seul ce type d'erreurs apparaît, de plus de manière systématique et non aléatoire comme le voudrait la logique de la vraie erreur, on peut tout simplement se demander si ce type d'erreurs ne serait-il pas un moyen de reconnaissance entre individus de certains "camps" ou "lobbies" ("lobbys")?

   Personnellement j'en suis convaincu car mathématiquement parlant, en terme de statistiques, la probabilité que de telles erreurs se produisent systématiquement et hors tout autre types d'erreurs est nulle. Donc c'est que c'est voulu.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>