Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

Horeca, les prix vont-ils augmenter (encore)?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Après l'article très critique ci-dessous, un rajout de ce 7 juillet 2021 plutôt négatif...

____________________________

   Un syndicat de l'horeca flamand indiquait ce lundi 26 avril 2021 que lors de la réouverture du 8 mai des terrasses, la majorité des horeca flamands avaient l'intention d'augmenter leurs prix. La question évidemment est sera-ce pareil à Bruxelles. Et un petit historique des prix d'une simple boisson de base au petit matin, le café, est nécessaire il me semble.

   Alors, d'abord à Bruxelles, dès la fin du premier confinement en 2020 les prix du café avaient déjà augmentés de 10 à 12% selon les endroits. Sachant que le gouvernement prévoit d'abaisser cette fois-ci la TVA sur tout l'horeca de 21% à 6% (six, sic!) jusque Septembre 2021 inclus, soit une baisse de 15% de la TVA donc une hausse de 15% des bénéfices nets, que par ailleurs le syndicat flamand cité plus haut trouvait que «l'Horeca n'a pas encore augmenté assez significativement ses prix» (donc 11% d'augmentation n'est pas significatif? Si donc au lieu de mettre la TVA de 21 à 6% on la mettait de 21 à 32%?), je trouve ça un peu «Gangster» que d'augmenter les prix une seconde fois, puis une troisième après le confinement prochain de mi-octobre 2021...

   Bien sûr, pour ce qui est du prix aux bars du café on risque de me rétorquer «et l'évolution des prix du grain de café alors?». Eh bien justement, tous les pays y sont soumis. Si donc on faisait un comparatif?

   Dans les années 1990, un café dans un bar à Paris-Centre coûtait 1,50 €, 10 Francs Français soit 60 francs belges. À Bruxelles c'était 40 francs belges soit 1,00 € tout juste. En 2019 c'était à Paris-Centre 1,50 € toujours, à Bruxelles entre 1,70 et 2,00 € (68 à 80 francs belges). Et dire que les parisiens se pleignaient alors en 2019 du prix trop élevé de leur café... Donc on peut dire qu'à Bruxelles on nous vole le prix de notre café depuis des années déjà et ce hors Covid-19.

   Si donc les prix devaient encore augmenter une seconde fois à Bruxelles, personnellement je serais ravi de laisser ma place en terrasse à des étudiants qui eux n'ont pas la notion des prix habituels normaux.

________________________________

Ajout du 07/07/2021:

   Bon, ben grande désillusion: il semble que la quasi-majorité des bars aient décidés d'augmenter leurs prix et même au-delà du raisonnable (sachant je le répète que la TVA a baissé de 21% à 6% dans l'HoReCa).

   Les filles ne s'en rendent pas compte: c'est les mecs qui paient. Les mecs qui en ont les moyens ne s'en rendent pas compte non plus: ils gaspillaient déjà 100 à 200 € en une seule soirée.

   Mais vori le prix du café et des boissons au prix de la pleine Place Flagey alors qu'on en est à 500 mètres et que l'École Européenne des fils d'eurocrates est à Etterbeek et pas à Ixelles...

   Bref plus un seul bar ne verra plus le bout de mon nez car si ça a déjà augmenté autant, qu'en sera-t-il après la réouverture d'après le troisième confinement au plus tard mi-novembre?

Voir les commentaires

Le vrai danger des extrêmes

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Au-delà des idées reçues, il convient de se demander quels sont les vrais dangers des extrêmes tant d'extrême-gauche que d'extrême-droite.

   Si on croit pouvoir limiter l'extrême-droite à un supposé "racisme", on se trompe lourdement. D'abord parce qu'historiquement il a existé nombre de dictatures d'extrême-droite qui n'étaient pas racistes: l'Espagne de Franco, le Chili, l'Argentine, le Brésil. Ensuite parce que pour prendre l'exemple du RN (Rassemblement National de la famille Le Pen), n'oublions pas que Jean-Marie Le Pen est le parrain de la fille de Dieudonné (un black donc). On pourrait alors penser à une alliance par antisémitisme commun. Antisémites les Le Pen? La superstar de Marine Le Pen était Netanyahou...

   En fait entre fascistes on s'entend plutôt bien quel que soit la religion, la race, l'origine. À tel point que pour la Belgique on retrouve des turcs qui œuvrent à la réussite du VB et des africains à celui de la NVA.

   Bref on découvre ainsi que les questions de racisme pour l'extrême-droite et donc aussi d'anti-racisme pour l'extrême-gauche sont surtout là pour attirer des électeurs; sont bonnes pour les simples militants. Les têtes pensantes, elles, savent vers où elles veulent aller.

   Car ce qui est vraiment caractéristique du fascisme n'est pas le racisme (les partis démocratiques sous couvert de laïcité la pratiquent fort bien) mais bien l'interdiction de liberté de parole voire même de pensée.

   Après donc avoir démystifié l'extrême-droite, passons à l'extrême-gauche tant française que belge (PTB et autres).

   Il est remarquable de voir le nombre (proche de 100%) de militants d'extrême-gauche qui sont anti-police. Pourtant a-t-on déjà vu un pays communiste sans police? Au contraire, à chaque fois que le communisme s'est installé la police a augmenté en nombre et en compétences. Car elle s'occupe désormais non-seulement des crimes mais aussi des délits d'opinion!

   Encore une fois, un truc juste bon pour les militants; les futurs dirigeants du Parti sachant eux fort bien à quoi s'en tenir...

Voir les commentaires

De la laïcité comme effacement devant l'athéisme d'état?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Force est de constater que la Laïcité n'est pas un modèle unique ou uniforme. Ainsi elle s'applique différemment en France, en Allemagne, en Angleterre, aux USA, au Canada, dans les pays scandinaves, en Chine, etc. Tous ces pays cités sont laïques mais ont un modèle de laïcité différent.

   En Belgique il est vrai que comme nous manquons d'imagination, nous avons tendance à copier systématiquement la France: fête de la musique, nuit blanche, nuit des musées, journée du patrimoine, jour des voisins, vélos partagés, Paris-Plage, etc. en sont les multiples exemples. Le modèle de laïcité qu'on cherche à nous imposer grâce à l'alliance objective de la Droite et d'une certaine Gauche (le cul à gauche, le cœur de pierre et le portefeuille à droite) en est le dernier exemple en date.

   Ainsi la condamnation de la STIB (Société de Transports publics Intercommunal Bruxellois) pour avoir refusé d'embaucher une femme voilée pourtant qualifiée pour ce poste, a agité le bananier belge.

   C'est qu'on se retrouve face à un double-ordre: d'une part la "neutralité" des agents publics et d'autre part l'égalité des chances. Deux ordres contradictoires mais facilement départageables. On peut arguer du fait que la neutralité ne s'exprime pas par ma façon de m'habiller ou de me coiffer mais bien plutôt par le fait d'être intellectuellement disposé à rendre la même qualité de service à tous; qu'ils soient votants MR, PS, autres, qu'ils soient chrétiens, musulmans, juifs, athées, qu'ils soient handicapés ou bien portants, etc.

   Cette capacité intellectuelle, si on la met en doute dans le cas d'une simple femme voilée, on peut aussi alors la mettre en doute en cas d'agent syndiqué. On voit donc bien où cette "neutralité exclusive" nous conduit.

   Par ailleurs un autre aspect se fait jour.

   En Belgique, aussi bien une entreprise privée que publique a le droit de refuser un emploi à quelqu'un sur base du port du voile! Tant et si bien qu'on devrait logiquement appliquer le programme du VB, devenu celui de la NVA, à savoir: puisque les femmes voilées se mettent de facto hors disposition du marché du travail, pourquoi continueraient-elles à avoir droit aux allocations de chômage et de minimex (CPAS)?

   Bref, en voulant bien faire au nom de l'égalité en fait on installe l'inégalité de traitement en fonction des convictions personnelles!

Voir les commentaires

Bruxelles: bureaux européens, gentrification, logement...

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Peut-être enfin une bonne nouvelle pour les bruxellois: les institutions européennes vont se défaire de plusieurs centaine de milliers de mètres carrés de bureaux!

   Bonne nouvelle pour la lutte contre la gentrification, donc la paupérisation également et surtout la SDFisation récurrente d'une bonne partie de la population populaire de Bruxelles depuis quelques décennies déjà. J'expliquerai plus loin en quoi c'est une bonne nouvelle, mais posons d'abord les faits qui parlent déjà en eux-mêmes.

   Depuis que Bruxelles est devenue Capitale de l'Europe, nous avons connu une inflation artificielle des prix et des loyers. De 1980 à 2020 les loyers ont été ainsi multipliés par au minimum 100%. D'abord suite à la  gentrification (pour comprendre ce terme reportez-vous à l'article Wikipédia le concernant), l'arrivée des eurocrates et des commissaires européens; puis suite au fait que ce nouveau statut de Bruxelles a attiré nombre de bureaux d'entreprises internationales et leurs salariés.

   Je ne vais pas refaire un historique des prix à la consommation (cf. mon article sur la réouverture des bars en 2021), mais grosso-modo hormis les moins de quarante ans tout le monde se sera aperçu du phénomène.

   Or justement l'une des priorités du gouvernement régional bruxellois est de lutter pour sortir les SDF, les sans-abris, de la rue où ils se trouvent. Mais avec quels mauvais outils! En effet, tout le monde qui en a connu sait que les logements sociaux ne peuvent en aucun cas être une solution pour les SDF. Car qu'est-ce qu'un logement social, communal, de CPAS? Une boite vide: il faut avoir pour pouvoir commencer à y habiter assez d'argent pour s'acheter tous les meubles y compris la cuisine.

   Les logements sociaux sont adaptés à des gens aisés, mais pas assez aisés que pour emménager dans un appartement avec un loyer au prix du marché.

   Clairement cela ne convient pas aux sans-abris. Cela pourrait leur convenir si les logements sociaux proposés étaient semi-meublés.

   Le seul outil mis en oeuvre qui peut s'avérer utile aux SDF est le cadastre des loyers moyens pratiqués dans tel ou tel quartier; cadastre qui deviendra bientôt référentiel en terme de maximum d'augmentation de loyer. Mais augmentation des loyers avec le statut de capitale européenne de Bruxelles faisant, cet outil se révèle lui aussi tout autant inadapté.

   Donc, on le voit, cet abandon d'espace de bureaux par l'Europe est réellement une chance énorme pour le peuple des classes moyenne et basse bruxellois. Car cette décision a été prise suite au télétravail instauré lors de la pandémie de coronavirus. C'est-à-dire que les institutions européennes pensent remplacer une très grande partie de leurs espaces de bureaux par du télétravail. Or qui dit télétravail, dit travailleurs européens plus obligés d'habiter Bruxelles!

   D'où le frein à la hausse des prix et des loyers, car dé-gentrification forcée.

   Et encore, nous avons eu beaucoup de chance malgré tout ces dernières années. Si l'arrivée massive d'une immigration de cadres et de haut fonctionnaires européens n'a eu que des effets certes grands et néfastes mais néanmoins limités c'est uniquement grâce à l'immigration des pays pauvres vers chez nous, et aux régularisations (même si elles étaient fixées d'avance à 1/3 des demandeurs d'asile quelque soient les conditions à remplir pour être accepté), qui tirait de facto les prix vers le bas que nous n'avons pas connu une situation qui aurait pu être pire!

Voir les commentaires

Utile, la Prison?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Je pense nécessaire de présenter ici une brochure gratuite au format PDF que je viens de mettre à jour ce 25/02/2021 concernant l'inutilité de la Prison et de toute notion de "peine". Quand on est adulte ou même adolescent, l'époque du "tu n'as pas été sage, allez, au coin!" est révolue.

   Mais, comme indiqué en fin de brochure, pas question de se la jouer mode goulag communiste non plus.

   La voici:

   J'ajouterai que vouloir repenser la prison, donc repenser voire annihiler la notion de "peine", pour la remplacer par la réinsertion nécessite (et c'est sans doute pourquoi nos législateurs se gardent bien de le faire) de repenser l'échelle des valeurs globale de nos sociétés: qu'est-ce qui intègre vraiment?

   Comme écrit en fin de brochure, certains ne jurent que par l'intégration par le sport; d'autres par les arts; d'autres enfin par le travail.

   À propos de ce dernier item, emblématique des autres, tout le monde peut se rendre compte que le travail n'est pas un facteur d'intégration, c'est-à-dire d'autosatisfaction. D'abord parce qu'on ne reproche pas au rentier de gagner son argent sans rien faire, alors qu'on le reprochera à l'allocataire social. On ne le reproche pas au rentier car les anciennes générations ont appris, à tort, à respecter le costard-cravate. À tort car même les mafieux sont habillés en costard-cravate: l'habit ne fait pas le moine. On le reproche à l'allocataire social d'abord car il est mal habillé, ensuite car on sent qu'il a quelque chose de plus que nous travailleur: sa liberté!

   Ce qui intègre vraiment dans nos sociétés, tant capitalistes que communistes (les deux seuls modèles à se partager le monde), sont les avantages tirés de son activité, et non cette activité en elle-même. Avantages qui peuvent être dans le communisme des accès à des privilèges (voyages à l'étranger, accès à des produits occidentaux, etc.), dans le capitalisme l'argent.

   Donc, on le voit, et la majorité des "crimes" tournant autour de l'accaparement "illégal" de ces avantages, repenser et remplacer la prison par quelque chose de plus utile (rendre heureux) nécessite de repenser nos modèles sociaux tant en communisme qu'en capitalisme.

Voir les commentaires

À propos du Collectif L'Abîme et des événements La Boum

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Rappelons tout d'abord que des rassemblements d'un peu plus de mille (1000) personnes avaient déjà eu lieu au Bois de la Cambre quasi quotidiennement deux semaines avant l'événement "La Boum (1)". Personne n'avait eu besoin de mot d'ordre, c'était juste du réseau social entre jeunes fils de la bonne bourgeoisie type B-B-B (Blancs, Blancs, Blancs).

   Ce n'est qu'après ces rassemblements répétés qu'un collectif nommé "L'Abîme" s'est formé et avait lancé un mot d'ordre en ouvrant une page Facebook pour un événement "La Boum" au même Bois de la Cambre pour le 1er Avril 2021. Partant du principe que le 1er Avril est le jour où l'on fait des blagues (les fameux poissons d'avril) et que donc si ça ne marchait pas c'était pas grave, juste tant pis, mais que si ça marchait c'était Jackpot gagnant.

   Quelle était la logique de ce groupe de 5 personnes? La logique des Réseaux Sociaux tout simplement. Ils avaient dû se rappeler ces histoires d'il y a dix à quinze ans: des potes qui postent sur Facebook un événement pour l'anniversaire de quelqu'un (pas au courant lui) et au final cela rassemblait parfois jusqu'à trois mille (3000) personnes qui sans sono ni DJ, ni rien d'organisé, faisaient la fête toute la nuit.

   Ici, avec les événements "Boum", on est exactement dans le même principe. Quel est donc l'intérêt pour ce collectif? S'autoproclamer "chefs" d'un mouvement spontané par lequel ils n'ont pas été élus. C'est-à-dire récupérer (chapeauter) le mouvement!

   C'est la fameuse théorie dite de «la brèche» qui inclut le «chapeautage».

   Cela saute aux yeux quand on voit la chronologie des événements, l'absence visible des "organisateurs" lors des Boum 1, 2 et 3, que ce Collectif l'Abîme n'a strictement aucune légitimité pour se prétendre leader de ce qui se passe et donc pour prétendre «représenter et exprimer au nom de ceux qui y participent» un quelconque avis.

Voir les commentaires

Wuhan: et si (certains) complotistes avaient raison?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Alors, moi je suis rationnel, mais le fait est que dans nos sociétés (dérive chinoise?) plus rien n'est scientifique, tout est politique. De telle sorte que pendant des mois les scientifiques occidentaux nous ont mentis sur ce qu'ils pensaient vraiment!

   En effet, Donald Trump était fervent défenseur de la thèse qui attribuait la pandémie de Covid-19 à une erreur de manipulation dans un laboratoire P4 proche de Wuhan (il y en a trois à proximité de cette grande métropole). Mais comme c'était Trump qui le disait, il était alors de bon ton de démentir parmi les scientifiques. Et leurs explications quant à l'impossibilité d'une fuite accidentelle du coronavirus hors d'un laboratoire P4 étaient exactes!

   Mais voici que cette thèse est aussi un dada de Joe Biden, et comme c'est Joe Biden qui le dit, cela redevient à la mode.

   Personnellement je ne vois pas pourquoi les explications rationnelles d'avant ne seraient plus valables aujourd'hui. Pourtant nombre de scientifiques viennent de s'exprimer dans deux revues: Science et Le Monde en revenant sur leurs doutes.

   Pour moi qui ait lu des articles dans l'ancien Science & Vie dès ma jeunesse sur les laboratoires P4, il me semble extrêmement improbable, voire impossible, qu'un agent biologique quelconque sorte accidentellement d'un tel laboratoire. Accidentellement, oui, c'est impossible; mais volontairement? Là tout n'est plus si impossible.

   En gros on aurait mieux voulu faire que l'on aurait pas pu: combien de milliards d'euros aura-t-il fallu investir en "routes de le soie" pour imposer le modèle politique chinois au monde entier? Zéro, un virus aura suffi!

   En effet, voici nos démocraties s'effritant à la fois par le souci d'hygiène de nos gouvernants et à la fois par la mauvaise compréhension de ce qu'est la Démocratie des nouvelles générations. Des Droits sans Devoirs: tant les gouvernants que le Peuple en réclament. Face à une telle brèche, on devine l'intérêt pour la Chine de pousser.

   Et puisque ces scientifiques expliquaient avec des arguments justes et justifiés l'impossibilité d'une pandémie occasionnée par une erreur de laboratoire, force serait de conclure qu'il ne saurait s'agir d'une erreur!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>