Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

asie

Quand les vaccins quittent le domaine scientifique pour se politiser

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   À peine annoncé, le vaccin contre le CoViD-19 a quitté la sphère scientifique pour rejoindre la sphère politique; en tout cas dans les mouvements extrémistes nauséabonds tant de l'extrême-gauche que de l'extrême-droite. On peut désormais parler d'une alliance objective des deux extrémismes en un "extrême-centre" prophétisé il y a des années sur mon ancien blog "gueux-royalistes" et concrétisé en Italie lorsque le Mouvement 5 (cinq) étoiles s'alliait avec la Ligue du Nord.

   Concrétisé également, mais là depuis plus longtemps encore, dans les mouvements LGBTQIA+ avec comme illustration la partouze de 25 personnes au centre de Bruxelles réunissant gauchistes anarchistes, communistes et nationalistes, récemment.

   Ainsi on nous parle de "l'industrie pharmaceutique". Oui da, mais camarade sous le communisme aussi il y a des industries, et pharmaceutiques également, ainsi la Chine et "son" vaccin. Industries de capitalisme d'État et non privé certes, mais industries quand même! L'URSS n'a eu de cesse de développer ses industries, de Lénine jusqu'à Gorbatchev. Je ne vois pas le problème.

   Partant de là divers délires se font jour; qui sur un virus inexistant, inventé de toutes pièces, qui sur un virus développé en laboratoire.

   Mais bon, revenons au vaccin, aux vaccins en fait.

   Avant d'en voir le triomphe de l'industrie pharmaceutique, j'en vois personnellement pour le fameux Pfizer-BioNTech, le triomphe de l'intégration des immigrés en Allemagne. En effet, le vaccin ici cité est l'aboutissement de la recherche d'un Turc-Allemand sur des traitements sur mesure pour les cancers, et principalement si je me souviens bien la leucémie.

   D'où le fait qu'il s'agisse d'un vaccin à ARN-Messager (mais qui n'est pas de la thérapie génique pour autant). L'autre vaccin du même principe, celui de Moderna, a été développé certes par une firme américaine mais présidée et dirigée par un chercheur français.

   Donc avant d'y voir «le succès de l'industrie pharmaceutique» comme aime à le dénoncer cet extrême-centre, j'y vois surtout le succès d'un monde ouvert, multiculturel, multi religieux et multi idéologique, non-monolithique et non-fermé contrairement à ce que prônent les deux pôles de l'extrême-centre.

   Disons que dans les faits c'est plus ce dernier succès qui les agace et que toute la glossique sur "l'industrie pharmaceutique" n'est qu'une excuse sinon ils l'auraient sortis dès l'annonce du vaccin Russe (Spoutnik V, très bon vaccin: 95% d'efficacité) ou Chinois.

   Vaccins que j'ai toujours défendus, m'étonnant souvent du fait que l'Europe ne trouve pas bon d'acheter l'un des deux.

Voir les commentaires

COVID-19, le PTB a une solution: une taxe! (si si ça guérit)

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

COVID-19, le PTB a une solution: une taxe! (si si ça guérit)

Ça durait, ce silence du PTB sur le coronavirus. Évidemment ils ne pouvaient louper l'occasion: «volons l'argent aux riches ça guérira les pauvres», logique non?

Tout d'abord remarquons cette délicate attention du Parti Mao-Stalinien envers les médecins et les infirmiers «en première ligne». Récupération "affectueuse" de travailleurs qu'ils estiment "riches". En effet rappelez-vous mon article précédent sur le PTB: selon eux le salaire maximum par foyer (cohabitants compris donc) ne doit pas dépasser 2.000 €/mois! Or justement, médecins et infirmiers (ou infirmières) sont une catégorie de la population qui dépasse ce seuil.

Il s'agit donc clairement d'une récupération.

Mais puisqu'il est aussi question de voler de l'argent à des gens, et puisque le PTB affirme n'être pas dérangé à l'idée d'une coalition avec les Écolos, et si on appliquait la loi du pollueur-payeur?

Il me semble en effet que le COVID-19 provient de Chine (de la ville de Wuhan). Et si à l'ONU on se mettait d'accord sur une taxe de solidarité ou un impôt de solidarité de disons 30% du PIB chinois pendant autant de temps que l'impact du coronavirus se fera sentir sur l'économie mondiale? (Jusqu'ici un an). Et un prélèvement de 60% sur tout masque "made in China" ou "made in PRC" vendu en dehors de la Chine?

Voilà qui me semblerait plus logique que de «taxer les multimillionnaires» (qui disons-le sont fort peu nombreux en Belgique; tout juste une quinzaine de personnes) qui sont non-responsables.

Mais évidemment pas question pour ce parti mao-stalinien de se fâcher avec la Chine...

Voir les commentaires

La Vérité sur les Partis Communistes (la Pravda)

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

La Vérité sur les Partis Communistes (la Pravda)

   Beaucoup de gens votent extrême-gauche car ils s’imaginent que le but de ces partis communistes est, d’en volant les richesses de la bourgeoisie, les redistribuer au peuple. Or il n’en est rien et il existe déjà dans l’attitude de ces partis des preuves qu’il n’en est rien. Regardons comment agit actuellement le PTB (Parti du Travail de Belgique dit aussi parti des travailleurs de Belgique).

   Le PTB exige de ses membres que leur revenu maximal ne dépasse pas 2000 € par mois (deux mille euros)… et par foyer ! Le PTB estime donc qu’il convient de pratiquer une politique selon laquelle les salaires maximaux (et non donc minimaux) ne dépassent pas 2000 € par foyer (conjoint et enfants compris).

   Ce qui fait dans le cas d’un couple de travailleurs, 1000 € par personne maximum ; soit 500 € de moins que le salaire minimum actuellement pratiqué en Belgique. Donc, grâce au PTB, nous serons tous, y compris les déjà plus pauvres, plus pauvres que sous le capitalisme libéral. L’argent volé aux riches ? Il ira « pour le bien du Prolétariat », c’est-à-dire dans les caisses de l’État, donc du Parti !

   Par ailleurs, le vote PTB attire une grande part d’allocataires sociaux. Ce que le marxisme nomme le lumpenprolétariat. Justement, si les communistes, les marxistes-léninistes principalement, les considèrent comme une bonne chair-à-canon révolutionnaire, un bon apport de bordel lors des manifs et une bonne variable d’engraissement électoral ; lesdits marxistes ne considèrent pas que le lumpenprolétariat soit un prolétariat à proprement parler et que donc ils n’ont absolument pas les mêmes intérêts que les prolétaires, en sont même les ennemis de par sa paresse naturelle, son attirance vers un mode de vie bourgeois (sorties, culture, modes, etc.).

   Depuis Lénine on sait quel chemin est destiné au chômeur, l’handicapé, le malade, bref l’allocataire social ; c’est le même que celui réservé au rentier : le Goulag, le travail forcé et non-rémunéré.

   En effet les premiers goulags apparurent dès 1917, c’est-à-dire sous Lénine. Et c’est important car cela nous dit tout des trotskistes si sympathiques…

   Car à l’époque de la mise en place du système de goulag, de travail forcé et non-rémunéré tant pour tous les prisonniers de droit pénal, que pour les Russes « Blancs », que pour l’opposition Menchevique, que pour les lumpens prolétaires, que pour les bourgeois, eh bien Trotski (Trotsky) était Ministre de l’Intérieur de Lénine !

   Donc il savait, et ce n’est pas pour rien qu’il a fui dès que Staline a succédé à Lénine : il connaissait l’existence du goulag, ne s’y était jamais opposé, et savait qu’il risquait en tant qu’opposant ou du moins concurrent de Staline d’y finir ses jours…

   Bref, celui qui pense se libérer en votant pour un quelconque parti d’extrême-gauche ne fait que signer son accord d’être encore plus exploité que sous le Capitalisme américain !

Voir les commentaires

Le Coronavirus, dû à notre mode de vie et non à ce que nous mangeons

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

Cette vidéo pour contrer la vague de racisme anti-asiatique et anti-chinois à la Trump («le virus chinois»!). Ce qui compte ici n'est pas ce que nous mangeons mais bien notre mode de vie: pourquoi est-ce parti de Wuhan et non de Pékin? C'est cela qui est à la base de la pandémie de Covid-19 (SRAS-CoV-2 ou SARS-CoV-2) et nous avons évité, nous belges, d'être à l'origine d'une épidémie / pandémie de peste! Ne l'oublions pas...

Voir les commentaires

Quand les gouvernements européens marchent sur la tête

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

Vidéo mise à jour le 20/03/2020.

Un petit commentaire à propos de la gestion de l'épidémie (pandémie en fait) de coronavirus Covid 19 en Belgique et ce qui est fermé et reste ouvert qui risque de déboucher sur la fin de la Paix Sociale! En vérité ce ne sera pas tant des manifestations qui se produiront que des actes d'incivilités et de criminalité en forte augmentation!

Voir les commentaires

Les leçons de Gorbatchev #1: l'égalité dans la misère!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

Les leçons de Gorbatchev #1: l'égalité dans la misère!

   Il est important de savoir que la nomination de Mikhaïl Gorbatchev comme président de l'URSS par le Parti Communiste Soviétique est intervenue juste après le passage de l'estimation des richesses russes en terme de productivité à celui du calcul du PIB du pays.

   C'est important car justement le camarade Mikhaïl était connu pour ses positions peu orthodoxes en matière d'économie marxiste au sein dudit parti.

   En effet, le passage au calcul du PIB permet de calculer également le PIB par habitant et, mieux encore, de comparer le PIB par habitant au Revenu Moyen desdits habitants. Et donc de découvrir que Gorbatchev avait raison sur une vision essentielle: l'État Soviétique a créé une bourgeoisie interne, celle-ci est composée des fonctionnaires de la nomenklatura (nomenclature).

   Dès lors Gorbatchev, face à ces chiffres jusqu'alors jamais calculés donc ignorés par le Parti Communiste, en conclut que il ne sert à rien de décréter l'égalité sociale si 80% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté!

   Et je comprends mieux pourquoi, maintenant, que l'extrême-gauche belge se montre si critique vis-à-vis de la politique menée économiquement par Gorbatchev. De fait elle ne correspond absolument pas aux canons marxistes-léninistes ni maoïstes du PTB et autres. Pour eux qu'importe que 80% de la population soit "crève-misère" pourvu que tous soient égaux.

   Gorbatchev se préoccupe dès lors d'enrichir le prolétariat. Un point de vue radicalement contraire à l'extrême-gauche européenne de l'ouest pour qui s'enrichir même via l'aide de l'état est être un paria réactionnaire et ennemi du Peuple. Seuls les pauvres ont raisons! Ils doivent le rester pour continuer à avoir raison!

   Gorbatchev établit donc un communisme où l'obsession n'est plus l'égalité du peuple (égalité dans la misère nous l'avons vu) mais bien plutôt l'accès et l'augmentation du pouvoir d'achat qui ne doit pas être réservé aux 20% de fonctionnaires du KGB et autres, mais à tous les membres de la société russe.

   Or si je veux qu'on puisse augmenter son pouvoir d'achat, donc gagner plus, cela induit de facto des inégalités car les uns sont plus débrouillards que les autres, ont plus de succès que d'autres, sont plus travailleurs que d'autres.

   Mais qu'importent les inégalités si tout le monde vit le plus haut au-dessus du seuil de pauvreté? C'est la réflexion typique de la politique économique de Gorbatchev; réflexion qui horripile les idéologues marxistes communistes et maoïstes.

   C'est à partir de ce point que le Parti Communiste Soviétique Russe n'aura de cesse de vouloir renverser Gorbatchev. Si le Parti ne le peut pas encore c'est que cette nouvelle donne économique insuffle à l'URSS une augmentation et du PIB et du revenu moyen des russes. Cette politique économique marche, elle marche car elle est basée sur la logique et non sur la religion marxiste-léniniste, et donc on ne peut encore se passer du camarade Mikhaïl Gorbatchev!

Voir les commentaires

Les réfugiés, un problème? Vraiment?

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Quand on pense et parle des réfugiés c’est souvent en termes de « problème ». Pourtant, y a-t-il moyen de répondre à un impératif humain de solidarité, d’entre-aide, sans pour autant mettre en péril ni notre modèle intellectuel de société (notre culture), ni notre modèle social de société (l’équilibre socio-économique) ?

   La dialectique hégélienne et son usage nous apprend que c’est souvent en fusionnant des arguments contraires que l’on aboutit à une solution.

   Ainsi, je l’affirme, il est tout-à-fait possible d’arrêter, de dire « stop » aux expulsions. Mais cela nécessite également d’arrêter, de dire « stop » aux régularisations massives !

   En effet. Voyons la Turquie ; n’accueille-t-elle pas 2 millions de réfugiés syriens sur une population de 80.745.000 (quatre-vingts million sept-cent quarante-cinq mille) turcs ? Soit 2,5% de sa population totale. Ce qui ferait pour la Belgique 275 mille individus, pour la France 1.675.000 réfugiés à accueillir.

   Imaginez quel débat cela fait avec seulement cent mille réfugiés à accueillir.

   Pourtant en Turquie, et en Russie (qui en accueille également 2 millions), cela ne fait même pas sujet de débat dans les bars à thé et narguilé. Depuis 2014 jusqu’à maintenant 2019, jamais aucun parti turc n’a remis en cause cette politique d’accueil. Pourquoi ? Car elle ne menace pas l’intégrité culturelle et socio-économique de la Turquie ! Et pourquoi ? Car tout le monde est accueilli mais personne n’est régularisé ni maintenant ni dans le futur !

   Accueillir sans régulariser, voilà qui dépassionne soudainement le débat. C’est ce qui est pratiqué par la majorité des états du continent africain. Et lorsqu’un pays africain s’occidentalise en régularisant (tel en Afrique du Sud récemment), aussitôt des heurts xénophobes apparaissent.

   Accueillir les réfugiés sans les régulariser, voilà qui nous permettrait de cesser la politique de renvoi par charters et nous permettrait à nous occidentaux d’accueillir tout le monde qui a envie de s’installer chez nous pour une raison ou une autre.

   Cela permettrait également une meilleure gestion des réfugiés économiques. Du type : vous avez le droit de venir travailler mais il faudra savoir subvenir à vos propres besoins au cas où vous ne trouvez pas de travail. C’est-à-dire ce qui se pratique actuellement entre pays européens.

   Cette solution dialectique est, actuellement, la seule possible si on veut accueillir tout le monde et ne renvoyer personne. Car avant de vouloir construire le village global, sachons d’abord mieux construire l’Europe !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>