Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Ukraine pourra peut-être gagner la guerre mais les ukrainiens, eux, l'ont déjà perdue!

Publié le par Philippe J-A Le Bihan

   Aujourd'hui Mardi 29 Mars 2022 avaient lieu des pourparlers entre représentants de l'Ukraine et de la Russie en Turquie. Si le lieu a été bien choisi: la Turquie réalise l'exploit diplomatique d'être un pays membre de l'OTAN tout en étant un allié de Moscou, le contenu des propositions mises sur la table par les diplomates ukrainiens me laisse assez dans le doute. Zelensky est-il plus fou que Poutine lui-même? N'y a-t-il aucun diplomate ukrainien capable de lui rappeler les réalités du Monde?

   Certes il y a des avancées. Pour une fois Zelensky a concédé des choses, ce qu'il n'avait jamais fait jusqu'à présent. Il concède la non-entrée de l'Ukraine dans l'OTAN et la remise des discussions sur les régions pro-russes de l'Est et du Sud (Crimée). C'est il me semble déjà une énorme avancée dans la prise en compte de la real-politique.

   Mais, malheureusement, ce jour il avance une proposition pour le moins rocambolesque. Je constate, sans doute en même temps que les gouvernements de ces pays, qu'il a impliqué de facto l'Occident dans les négociations en soumettant aux négociateurs russes une idée de «pacte de protection entre l'Ukraine, les États-Unis d'Amérique, le Royaume Uni, l'Allemagne, la Pologne». Je crois avoir lu aussi dans le compte rendu du site du journal belge Le Soir que la Chine était citée, mais je pense que là j'ai dû avoir une réaction d'hallucination suite à ce que je venais de lire.

   Bon; c'est encore une position que Poutine pourrait, s'il se sent assez froid comme un serpent, accepter par pur cynisme: si ces pays occidentaux étaient au courant alors les promesses n'engagent que ceux qui y croient (l'Ukraine) et non ceux qui les prononcent (l'Occident). Mais de ce que l'on sait les pays cités plus haut n'étaient pas vraiment au courant d'être mis à l'ordre du jour des négociations.

   Alors, plusieurs remarques. D'abord si ces pays avaient tenus à défendre l'Ukraine, ils se seraient déjà engagés militairement. Tout ce qui s'est passé jusqu'à présent est l'octroi d'un budget d'armement à l'Ukraine par les États-Unis d'un montant de 1 milliard de dollars. Un milliard oui, mais... en prêt et un prêt ça se rembourse!

   Donc, oui, avec ses seules forces actuelles l'Ukraine pourrait peut-être gagner (partiellement) la guerre, mais se retrouve déjà avec un milliard de dollars de dette. Sans compter que, finalement, Poutine a servi la soupe à l'Union Européenne: une énorme partie du territoire ukrainien est à reconstruire; du pain béni pour les entrepreneurs européens du BTP (bâtiments, routes, ponts) et du nucléaire (EDF, construction / réparation de centrales nucléaires).

   Ce qui fait que les ukrainiens, le Peuple Ukrainien, lui, a déjà dès maintenant perdu ladite guerre même si les Russes sont repoussés jusque chez eux.

   Mais pour revenir sur l'idée de «partenariat de protection». Les pays cités n'ont pas fait leurs preuves jusqu'à présent en Ukraine car ils ne le voulaient pas. Et ils ne le voulaient pas car ils en sont bien incapables!

   Les armées occidentales, en premier celle des USA, sont, depuis l'invention de la bombe nucléaire, incapables d'être encore des "armées de terrain"; ce sont devenus des "armées-bouton": persuadés qu'il suffirait de brandir le bouton nucléaire pour s'imposer. Or, on le sait, avec l'arme nucléaire le premier assez fou pour appuyer sur ledit bouton signe sa propre destruction massive!

   Résultat: la dernière guerre qu'ait remportée les USA est celle du Japon; depuis ils ont perdu toutes les autres: du Vietnam (ou Guerre du Pacifique) jusqu'à l'Afghanistan, en passant par Cuba (Baie des Cochons) et l'Irak. Partout où les États-Unis et leurs alliés sont passés, ils n'ont fait soit que pouvoir repartir en laissant les choses en l'état, soit en empirant la situation initiale.

   Nos armées Occidentales sont parfaites à mobiliser dans leur quasi-totalité pour abattre un seul homme (Saddam Hussein, Ben Laden, Kadhafi par ordre chronologique) mais pour le reste ils n'assument plus après.

   Zelensky, en posant cette condition dans les pourparlers de ce jour, a démontré qu'il croyait en des hologrammes et, pire, risque d'obtenir très probablement un refus de la part de Poutine. Après il dira encore que «c'est de la faute aux russes si les négociations n'ont pas abouties»; non, au plus censé ce sera de sa propre faute, au plus cynique de la faute des Occidentaux refroidis d'avoir été placés dans un bain dont ils ne veulent pas...

Commenter cet article